Infos Togo Elections législatives / Opération de vote et appel à des actions pour empêcher le vote

L’Apôtre Sodji appelle les acteurs politiques à faire économie de mort d’hommes

Publié le mercredi 19 décembre 2018, par

C’est un appel qu’il a lancé ce jour aux acteurs politiques togolais surtout à la veille de ce scrutin législatif du 20 Décembre 2018, et suite aux divers appels aux populations à agir pour empêcher le vote. Fondant son analyse de situation sur tout ce qui a court depuis le 19 Août 2017 au Togo, l’apôtre Gabriel Ahlonko Sodji, premier responsable d’un mouvement dénommé « Togo en mouvement », en gestation et alternativement, intendant de et fondateur de l’Eglise internationale des favorisés de Dieu, aussi nommé « La Citadelle de toutes les nations », il constate que rien de positif n’est sorti. « Il n’y a eu que morts, blessés et destruction de biens publics. Rien de concret », regret l’homme de Dieu qui a par la même occasion appelé les Togolais à refuser de servir de « boucs émissaires pour les politiciens ».

Ainsi, évoquant les opérations de vote qui ont lieu demain sur toute l’étendue du territoire national, Gabriel Sodji, tout en respectant le droit de ceux qui ont décidé de boycotter le scrutin législatif a une vision propre à lui de cette journée de demain 20 décembre 2018. En tout cas d’après l’homme de Dieu qui se confiait à la presse ce mercredi en début d’après-midi que ceux qui ne veulent pas voter restent chez eux et que ceux qui veulent voter aillent paisiblement voter.

Il fonde son avis sur le fait que Dieu ne veut pour le Togo que la paix, rien que la paix. Si cette position peut ne pas être appréciée par une frange des acteurs politiques togolais, surtout celle de l’opposition, en lutte contre le régime de Faure Gnassingbé, l’homme de Dieu refuse de cautionner le fait que cette frange ne compte pas sur elle-même mais plutôt sur la « pauvre population » qui depuis l’avènement de la démocratie au Togo n’a fait que payer le lourd tribut.

Convaincu de ce que quelque soit la crise, opposition et pouvoir se retrouvent toujours pour discuter, il se demande pourquoi, ne pas le faire continuellement. ? En tout cas pense-t-il en fin de compte, que « chaque fois qu’on cherche à réclamer quelque chose, il faut le faire dans la paix et surtout avec une dose de civisme au lieu de croire qu’en faisant du vandalisme et en se tuant, on pourrait arriver à quelque chose ».

T228