Nos régions Tandjouaré et Nano / Promotion de la paix

L’AFE lance officiellement son projet de formation des promoteurs

Publié le mercredi 25 septembre 2019, par Gabinho

La question de paix dans les pays du monde reste une préoccupation majeur dans le rang des gouvernants tout comme celui des populations ; chaque entité s’évertue pour jouer sa partition afin de contribuer efficacement à la stabilité de la paix, gage d’un développement durable. Il y a lieu donc de penser à la mise en place des mécanismes et stratégies de promotion et de maintien de la paix dans les communes avec la vie sociale et politique que vit le Togo.

Dans la préfecture de Tandjouare, l’association d’Appui aux femmes et aux Enfants (AFE) s’active aux côtés du gouvernement togolais pour apporter sa pierre à l’enracinement de la paix au Togo en général, et dans la préfecture de Tandjouaré en particulier.

AFE, pour aboutir à ses objectifs a bénéficié du ministère togolais en charge de la communication, des sports, et de l’éducation à la citoyenneté et au civisme, le financement pour son projet de formation des promoteurs de paix dans les communes de Nano et Tandjouare. Un projet qui vise l’information, la sensibilisation pour les populations et ouvrir les échanges avec ces populations et les acteurs locaux sur les valeurs morales, citoyennes et sur la consolidation de la paix.

La formation des chefs des cantons et des leaders communautaires, la sensibilisation des populations des deux communes sur les valeurs morales et civiques et sur la culture de la paix et enfin l’implantation des panneaux d’informations et de sensibilisation dans ces communes sont les principales activités du projet ; ceci pour servir de rappel mémoire et impacter toute la population de Tandjouare par une éducation de proximité.

Pour la directrice exécutive de l’AFE, Mme NAGUIBE Tchaguimobe Yvette, « les promoteurs de paix appelés en langue moba « yandouann-DAMM » vont jouer un rôle très important. Ils vont dans leurs activités sensibiliser leurs pairs sur la gestion des conflits internes à l’amiable afin d’éviter la gestion de ces conflits dans les instances judiciaires ». La directrice ajoute que la préfecture de Tandjouare tout comme les autres coins du pays enregistre les tensions liées au foncier, à la chefferie traditionnelle et aussi à la question politique. L’implication des chefs traditionnels et les autres acteurs locaux donne espoir pour faire comprendre les populations qui pourront désormais adopter un comportement qui fera d’eux, des acteurs de paix dans la préfecture de Tandjouaré.

La cérémonie de lancement a eu lieu ce 23 septembre à la maison des jeunes de Tandjouaré ; c’est le secrétaire général de la préfecture de Tandjouaré qui a lancé le projet en présence du directeur de la formation civique du ministère de la Communication, représentant le ministre tutelle.
V.G.(Telegramme228-Savanes)