Infos Togo Présidentielle 2020

King Mensah donne sa consigne de vote

Publié le samedi 18 janvier 2020, par Gabinho

Même sans être candidat, l’artiste de la chanson King Mensah donne des consignes de vote aux électeurs devant se rendre aux urnes le samedi 22 février 2019. Sept candidats sont finalement validés par la cour constitutionnelle afin de poursuivre le périple dont la campagne électorale va débuter le vendredi 06 février.

Il y a exactement huit jours (11 janvier 2019), le confère Gabriel AYÉNA de Radio Lomé avait eu un entretien exclusif avec King Mensah en prélude à son concert dédicace prévu pour ce samedi même (18 janvier)

Dans l’interview, King Mensah a lancé un appel à voter pour le TOGO, la nation commune à tous les togolais (hommes et femmes).

Il faut qu’on arrive à comprendre que nous sommes sur un terrain de jeu et il faut que le Togo gagne. Le défi c’est que le Togo arrive à étonner le Bénin, qu’il arrive à montrer l’exemple au Ghana ou encore la Côte d’Ivoire”, avait déclaré King Mensah il y a exactement huit jours (11 janvier 2019) sur Radio Lomé. Le confrère Gabriel AYÉNA avait un entretien avec lui dans le cadre de son concert dédicace prévu pour ce samedi même, le 18 janvier.

Parmi les sept candidats, l’artiste n’a du moins pas de choix à imposer aux togolais. Tout ce qu’il cherche en son âme et patience est que le Togo gagne.

La première des choses que je dis et que je continue par dire c’est qu’il faut effacer de notre petite tête l’histoire du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest. Un pays est comme le corps humain qui est debout si bien que le Sud ne peut jamais refuser de travailler avec le Nord. Ce qui veut dire que les yeux ne vont pas vouloir des pieds, et donc on est obligé d’être ensemble. Même si c’est Koffi ou Kodjo ou Yaovi, c’est le Togo qui gagne”, a rappelé King Mensah aux Togolais qui attendraient de lui de prendre position.

Pour avoir réussi à transformer son petit nom “Papavi” (petit papa) en “Papa vit”, car étant vite devenu orphelin de père, King Mensah a la ferme conviction que les démons de la violence lors des élections sont partis.

Chaque fois qu’on parle des élections, on a une peur quelque part ; je vous dis que rien ne va se passer. Laissons la politique entre les mains des politiciens et qu’on essaie de régler les problèmes des populations”, a déclaré King Mensah.