Infos Togo Grève des Enseignants-chercheurs / Sortie de Kokoroko

« Inopportun et inadmissible », selon la SEET

Publié le mercredi 27 juin 2018, par

Depuis Lundi dernier, la grève illimitée des Enseignants-chercheurs est effective sur le campus universitaire de Lomé. Après le président de l’UL, professeur Dodzi Kokoroko qui est sorti appelant les étudiants à la sérénité et ne céder à aucun pression sous quelque forme que ce soit, c’est au tour de la SEET (Synergie des Élèves et Étudiants du Togo) de se prononcer sur cette grève qui affecte les activités universitaires.

Pour Le Secrétaire Général Adjoint, Ben Ekoué Jonathan-Oni GAGNON, signataire d’un communiqué de cette synergie, « cette situation s’explique par la négligence des autorités gouvernementales vis-à-vis de l’enseignement supérieur au Togo ». Aussi, indique-t-il qu’ « Elle (cette négligence, ndlr) s’est également illustrée lors de la rencontre entre le Ministre de l’Enseignement Supérieur et les différentes associations estudiantines le 20 juin 2018. C’est à cette rencontre que les autorités gouvernementales disent "avoir pris acte" des problèmes universitaires vieux de plusieurs années ». Dénonçant par la même occasion cette « négligence des revendications estudiantines », la SEET « condamne le jeu du trouble du délégué général de l’université de Lomé, pour qui "l’université de Lomé n’a aucun problème" ».

Loin de s’arrêter à cette dénonciation, ce regroupement des étudiants « trouve inopportun et inadmissible le communiqué du président de l’université de Lomé relatif à la grève illimitée des enseignants-chercheurs, car il connaît mieux les difficultés des universités et aura fait le choix de jouer à une neutralité à défaut de porter haut les doléances des enseignants plutôt que de s’en prendre à leurs légitimes revendications ». Il demande dès lors « au président de l’université de Lomé de situer l’opinion sur la suite de la commission de réflexion sur le système LMD » et invite « les étudiants à rester très mobilisés pour des actions à venir la cause commune ».
T228