Infos Togo Ambiance généralisée d’insécurité autour des élèves à cette rentrée

Il n’y a pas que les marches en jours ouvrables

Publié le jeudi 12 octobre 2017, par Gabinho

Au MMLK il n’y a pas que les marches en jours ouvrables qui mettent les élèves togolais qui ont repris les classes depuis le lundi 02 Octobre dernier en situation d’insécurité. Mais, il y aussi les infrastructures scolaires. C’est en tout cas la conviction du MMLK (Mouvement Martin Luther King) qui, moins de deux semaines après la rentrée des classes, dit avoir fait le triste constat, ""après avoir parcouru quelques préfectures du Togo, que la plupart des salles de classes des écoles primaires et secondaires sont souvent en banco et en pailles ayant comme charpente des bambous usés par les insectes rongeurs. En état d’insécurité, elles sont totalement délabrées et sont sur le point de s’effondrer et ne présentent donc pas des garanties suffisantes d’assurance pour les apprenants. Il est certes vrai selon notre constat que ces bâtiments de circonstances, sont construits par les populations elles-mêmes pour abriter les écoles des initiatives locales ( edil ) mais aussi dont la plupart sont reconnues officiellement. Sans nul doute, les parents d’élèves courent des risques énormes en envoyant leurs enfants dans ces établissements scolaires qui sont exposés à l’insécurité et au danger"". 
Ce mouvement présidé par le religieux Edoh Komi, dit se préoccuper et la situation et ""redoute d’une telle reprise dans des aux conditions loin de la décence et de fiabilité des infrastructures scolaires. Car à vue d’oeil, il n’y a aucun doute que plusieurs bâtiments scolaires sont infortunés et ne peuvent pas résister aux pluies et aux vents. Par conséquent, pendant ces intempéries, les élèves doivent déguerpir les établissements scolaires pour s’abriter ailleurs"".

Si l’on se refuse d’êtres des prophètes de malheur, on veut donc attirer "" l’attention des autorités togolaises notamment celles en charge des enseignements primaires et secondaires, sur ces manquements graves afin que des mesures appropriées soient prises pour épargner la vie des élèves"" et suggérer ""la mise en place d’une commission composée des inspecteurs et des conseillers pédagogiques par préfecture en vue d’approuver ou de désapprouver les salles de classes capables de résister ou non aux intempéries et de protéger les élèves"".

T228