Infos Togo Semaine noire pour le Togo / Outre la santé et l’éducation

Grève de quatre jours dans l’Administration publique

Publié le lundi 12 mars 2018, par Gabinho

Noire sera certainement cette semaine qui commence pour la fonction publique togolaise. Parallèlement aux praticiens hospitaliers qui entrent grève sèche à compter de demain mardi, et des enseignants dont les syndicats sont membre de la CSET (Coordination des Syndicats de l’Education du Togo) qui sont encore en grève de trois jours cette semaine, l’Administration publique du Togo connaitra aussi une paralysie de 96 heures (soit 4 jours, 13, 14, 15 et 16 Mars 2018) à compter toujours de demain mardi. Dans un courrier adressé au ministre de la Fonction publique, du Travail, de l’Emploi, de la Réforme Administrative, de la Sécurité sociale et de la Promotion du Dialogue social, suite à la non satisfaction des « doléances urgentes des travailleurs de l’Administration publique transmises », et les grèves d’avertissement des 21 et 22 Février 2018, reconduite les 28 Février, 1er Mars 2018 puis les 07, 08 et 09 Mars 2018, la STT (Synergie des Travailleurs du Togo), fait constater que rien n’a bougé.

« Etant donné que nous n’avons reçu aucune de votre part, et qu’en outre, nos camarades responsables du SYNPHOT, un de nos syndicats ralliés, subissent des réprimandes injustifiées dans l’exercice de leur fonction, en l’occurrence les professeurs Ihou et Dosseh à travers son fils l’étudiant Cédric Dosseh, nous nous trouvons dans l’obligation de réitérer l’appel de l’AG du vendredi 09 Mars 2018 aux travailleurs (fonctionnaires, contractuels et tous les agents relevant du secteur de l’Administration publique) à observer une autre cessation de travail de 96 heures du mardi 13 au vendredi 16 Mars 2018 dans tous les services de l’Administration publique du territoire », ainsi introduit-elle sa nouvelle grève de 96 heures.

En rappel de ses doléances, la STT a cité « le doublement de la valeur indiciaire, « la réinstauration de l’indemnité de départ à la retraite et l’apurement de ses arriérés à tous les retraités (y compris ceux partis le 1er avril 2011) » et « l’élaboration, l’adoption et l’application de tous les statuts particuliers identifiés par la loi portant statut général de la fonction publique. Les autres revendications portées par les secteurs ainsi que l’application intégrale des statuts des corps habillés (polices, sapeurs pompiers, pénitenciers, et militaires) qui le sont partiellement ». Et, en corollaire ces 3 points, la STT demande « l’arrêt de toutes poursuites contre les professeurs de la Faculté des Sciences de la Santé ci-dessus cités et l’étudiant Cédric ».

Nadou Oloufounlé Lawson et ses collègues se disent toutefois disposés « pour toute participation à la résolution des doléances ».
T228