Infos Togo Golfe 1 / Regain d’insécurité

Gomado, les têtes couronnées et officiers de police et de gendarmerie organisent la riposte

Publié le vendredi 29 janvier 2021, par Gabinho

Une femme décapitée et son corps repêché du 4ème Lac, un homme retrouvé mort avec des traces de blessures au couteau, et des commerçantes violentées, ce sont là des situations de psychose et de frisson que vivent les populations de la Commune de Golfe 1, Bè Apédomé, depuis le début de cette année 2021. Une situation qui donne de l’insomnie et interpelle à plus d’un titre les autorités administratives et sécuritaires de cette commune du Grand Lomé.

Ces dernières rassemblées autour du Maire de la Commune et du Chef canton de Bè, Togbui Mawuko Aklassou, appuyés par un représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, étaient en réunion de recherche des pistes de solution à cette montée d’un cran de l’insécurité ce Vendredi à Lomé. Une rencontre qui, à entendre le Maire Joseph Gomado, est fondée sur une conviction, c’est que, « pour résoudre ce problème, on ne peut pas seulement laisser les forces de l’ordre et de sécurité s’occuper de la paix dans notre zone, il faut que les civils concourent aussi à ce travail-là ».

Dans son mot en ouverture de cette rencontre, à laquelle ont répondu également présents les responsables des unités de Police et de Gendarmerie opérant sur le territoire communal de Golfe 1, le Maire principal a indiqué que « Le socle fondamental de chaque commune quel que soit sa taille, c’est la paix et la sécurité. Au niveau de Golfe 1, ces derniers temps, nous avons remarqué que l’insécurité fait légion, avec des crimes, morts d’homme et violence sur des femmes. Donc nous avons jugé bon que la sécurité de la commune constitue un besoin fondamental pour tous les citoyens, non pas seulement les forces de sécurité, mais tous les acteurs qui concourent au développement de notre commune. C’est dans ce cadre que nous avons sollicité l’appui de notre ministère de tutelle, et également du ministère de la sécurité et de la protection civile, de mettre à notre disposition des forces de l’ordre et de sécurité, également les chefs traditionnels et des responsables des CDQ et d’autres acteurs pour réfléchir ensemble sur ce problème qui mine actuellement notre commune ». Et, a-t-il poursuivi, « il s’agit d’identifier les zones d’insécurité sur le territoire de notre commune et savoir également ceux qui sont derrière ce jeu dangereux et voir dans quelle mesure on peut collectivement arrêter ce phénomène malheureux. Les conclusions seront versées au ministre de la sécurité pour prendre les mesures idoines pour nous accompagner dans cette tâche ».

Si le mal est réel, il ne veut pas trop s’attarder sur les causes mais trouver des solutions, pour un développement harmonieux de sa commune. « Nous constatons qu’il y a de l’insécurité qui revient dans notre zone. Ce qui est la cause, cela ne nous intéresse pas mais on sait que le développement ne peut pas se faire dans le désordre et dans la violence. Nous allons tout faire pour mobiliser tous les acteurs pour trouver une solution à ce problème. Mais si lors de ces discussions, on nous amène à identifier les causes ce serait également bon », a-t-il laissé entendre.

Quant au représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, il a salué au nom de sa tutelle la démarche de la Mairie de la Commune de Golfe 1, dans la mesure où, à son avis, « la sécurité ne pourrait être totale à 100% que lors que chacun s’investit et y apporte sa pierre ». Et comme pour déjà solliciter à une collaboration pour démasquer les auteurs de tels actes incriminés et qui mettent à mal la quiétude des populations, il a souligné que « ceux qui commentent de tels actes, ils vivent avec nous » et qu’il va falloir les dénoncer parce que disait-il, « les corps habillés ne sont pas des charlatans ».

Si le représentant de Yark Damehame a souhaité que d’autres communes emboîtent le pas à celle de Golfe 1, il a indiqué pour finir, espérer que « de nouvelles solutions jaillissent de cette rencontre pour apporter un plus à tout ce qui est déjà fait ».

Un son de cloche d’ailleurs partagé par le Chef canton de Bè, Togbui Mawuko Aklassou.

Pour les pistes de solution qui seront tracées, le Maire Gomado a souhaité la mise en place d’un comité de suivi de la mise en œuvre des solutions proposées.
T228