Infos Togo Législatives de 2018

Gérard Akoumey compte sur la jeunesse togolaise pour faire obstacle à des élections au lendemain sombre

Publié le vendredi 24 août 2018, par

Le 20 Décembre prochain, c’est la date fixée par la CEDEAO pour que les Togolais se rendent aux urnes en vue des législatives devant permettre de renouveler la composition de l’Assemblée nationale. Si à cette annonce de date, la CENI s’est vite empressée de relancer les préparatifs de ce scrutin, entre temps laissés en jachère, cette reprise des activités n’est pas forcément appréciée de la même manière dans les officines de toutes les formations politiques du pays et dans les mouvements et associations selon qu’ils soient proches du pouvoir en place ou encore de l’opposition, et précisément de la C14.

Dernière réaction, c’est celle du Coordonnateur du Mouvement « Les Sentinelles de la République », Gérard Akoumey.

Réagissant chez nos confrères de Togoactualités, l’homme, sans toutefois dévoiler ses moyens d’actions, promet qu’« il n’y aura plus d’élections contestées au Togo. Soit les élections seront bien organisées, soit elles ne tiendront pas. Nous pourrons quand même vous faire cette promesse ».

Posant un regard sur les activités de la CENI actuelle à la tête de laquelle se trouvait le professeur Kodjona Kadanga, il y voit une conduite des Togolais vers de nouveaux lendemains sombres d’où ma nécessité d’interrompre très rapidement activités de cette CENI.

« Nous devons maintenant être prêts à construire une nation. Nous voulons ressembler aux autres nations. Nous voulons qu’enfin la démocratie règne au Togo. On nous parle du fichier électoral, de la recomposition de la CENI, du découpage qu’on doit revoir, il faudrait qu’ensemble nous discutions de tout ça. Parce que, qu’on le veuille ou non, nous ne devons plus accepter ces anomalies au Togo », c’est ce qu’a indiqué le responsable des Sentinelles de la République. Il compte en tout cas sur la jeunesse togolaise pour se constituer en force tampon entre les acteurs politiques et surtout ceux parmi eux qui seraient tentés de drainer les Togolais vers une nouvelle crise aux issues incertaines. Toutefois rassure-t-il, « ce n’est pas un conflit générationnel que nous avançons, mais il est temps maintenant que notre génération joue sa partition. Nous allons y veiller ».

Il porte tous ses espoirs sur le Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO pour une application, point par point, de ce document de sortie de crise prescrit par les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour une sortie définitive et durable de la crise.

T228