Monde Les stades du Mondial 2022

Fousséna Djagba à la rencontre des 2000 Africains sur le chantier du Stade de Lusail

Publié le samedi 21 décembre 2019, par Gabinho

Lorsque les moyens financiers et la volonté de bien faire font chemin ensemble, le résultat ne peut être que ce que le Qatar exhibe en termes d’infrastructures routières et ferroviaires, d’hospitalité et de sécurité et, au delà, en termes de stades, qui sont construits selon les normes de la FIFA.

Le train de la visite des stades qui devraient arbitrer la Coupe du monde 2022 nous a conduit aujourd’hui à Lusail Iconic Stadium.

Ce stade de 80.000 places est le plus grand des huit stades qui vont accueillir des matchs pendant la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Avec une telle capacité, le Lusail Iconic Stadium se placera au même rang que le Camp Nou de Barcelone.

Le Lusail Iconic Stadium sera le tout premier des stades à être ouvert aux amoureux du ballon rond pour le match d’ouverture et le dernier à baisser les rideaux de la Coupe du monde 2022, avec la finale.qui va se jouer dans ce somptueux stade.

C’est à Lusail que le fondateur du Qatar, Sheikh Jassim Bin Mohamed Al Thani, vivait au début du 20eme siècle. Cette ville, nouvellement développée est situé à 15 km au nord du centre de Doha.

Le nom Lusail viendrait d’un petit village où pousse un arbre appelé Alwasi qui s’est transformé en Al Wusail puis en Lusail.

Selon Tamim El Abed, Directeur du projet, c’est en 2016 que la première pierre du stade a été posée avec un effectif de 6000 ouvriers dont 2000 Africans, en majorité des Nigérians, suivis par les Ghanéens.

Il a promis que la clé du stade sera remise au Comite Suprême pour la livraison et l’héritage d’ici fin de l’année 2020.

Fiers et émus de participer à une oeuvre gigantesque, les 2000 frères africains sont logés dans une cité à quelques mètres seulement du chantier, ce qui leur permet un accès facile à leur lieu de travail.

Parmi les 2000 africains, on retrouve les manœuvres maçons, menuisiers, ferrailleurs de même que des ingénieurs qui ont fait de hautes études en Europe.

Amankwa du Ghana n’a pas caché la joie qui l’anime, il m’a confié qu’il faisait désormais partie de l’histoire de la construction du stade, mais aussi du développent de la ville et que son nom restera dans les annales des architectes de la Coupe du monde 2022.

Une fois le Mondial terminé, le stade de Lusail sera transformé en un espace communautaire comprenant des écoles, des magasins, des cafés, des installations sportives et des cliniques de santé. Ce centre permettra aux populations de trouver tout ce dont ils ont besoin au même endroit.

L’impossible devient denrée rare face aux moyens et à la bonne volonté, le Qatar nous le démontre.

Foussena Djagba, Doha