Infos Togo

Ferme-école AREJ, une université agroécologique en devenir dans le Nord Togo

Publié le lundi 4 novembre 2019, par Gabinho

Disposer d’une université agroécologique, c’est bien le rêve de la ferme-école AREJ (Action Réelle sur l’Environnement, l’Enfance et la Jeunesse), à Poissongou, dans le Nord Togo. Mais avant d’en arriver là et de disposer de toutes les infrastructures possibles c’est une ferme, vielle déjà de 20 ans d’expérience, qui accueille déjà de jeunes étudiants agronomes des universités du Togo. Ces derniers y viennent dans le cadre de leurs travaux pratiques.

Des confidences faites par les responsables de ce centre, le mois dernier, à nos confrères d’Agridigitale, tout a commencé en Octobre 1999 avec une ferme agricole dans une simple volonté de subvenir à ses propres besoins alimentaires. Toutefois, l’initiative a par après séduit la jeunesse dans l’environnement du projet dans l’extrême Nord du Togo, pour finalement aboutir à la mise sur pied d’une école dès 2007. Selon les indications du promoteur, M. Jacques, cette ferme, « installée sur 15ha, a le souci permanent de contribuer au renforcement des capacités des jeunes en situation difficile, leur insertion dans la société globale à travers son accompagnement dynamique dans la formation et des orientations à l’aboutissement de leurs projets de vie. Nous disposons d’un panneau solaire pour l’irrigation de toute la surface culturale sur 07 ha. Nous produisons les semences maraîchères surtout celle de l’oignon ».

Ainsi aujourd’hui, ce centre s’est donné pour spécialité de former en entrepreneuriat des métiers agricoles et artisanales et s’investit beaucoup pour assurer à ses pensionnaires bonne formation en vue d’une meilleure gestion des ressources, et la maitrise des filières porteuses dans le monde agricole.

Parlant des étudiants qui y viennent, il a précisé qu’ « ils ont de lundi à jeudi, 2h de cours pratique et la journée de vendredi est consacrée pour les cours pratiques uniquement. Chaque étudiant ici à sa parcelle sur laquelle il mène ses propres expériences par rapport au cours qu’il reçoit ».

Des chiffres de 960 femmes sont avancés comme ayant été formées dans ce centre qui en a déjà formé plus de 6000 jeunes et installés dans Cinkassé et à Timbou.

Des dires de nos confrères d’Agridigitale, c’est une initiative qui ne laisse pas indifférent le ministre de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique, Noel Koutéra Bataka, qui, en visite dans la région, n’a pas hésité à se rendre dans cette ferme-école pour prodiguer d’utiles conseils aux tenants de cette initiative qui se veut une réussite à copier dans le milieu. Des conseils du ministre Bataka, on en retient qu’il faudra « ouvrir un compte pour ces étudiantes dans une microfinance. Parce qu’il faut leur apprendre la culture du crédit dès le bas âge. Quand l’Institution financière verra le mouvement du flux sur le compte, au moment où l’étudiante sortira pour s’installer, elle pourra faire un prêt et booster son activité. Dans la durée » ».

T228