Infos Togo Fin du Recensement électoral

Faure satisfait, entend soumettre les auteurs des ""incidents enregistrés"" à la rigeur de la loi

Publié le vendredi 26 octobre 2018, par

Clap de fin ce Jeudi 25 Octobre du recensement électoral dans la zone II. Une fin qui sonne également, du moins si on s’en tient au chronogramme de la CENI et se maintient loin des espérances d’une reprise de celui-ci suivant un accord entre les partis politiques présents au dialogue intertogolais, la fin de toute cette opération d’enregistrement des électeurs en vue des élections législatives du 20 Décembre pprochain et des locales qui pourront avoir lieu 4 jours plus tôt.

Et comme on pouvait s’y attendre, le sujet n’a pas manqué de retenir l’attention de l’exécutif togolais réuni en Conseil des ministres ce Jeudi. Et qui y a introduit le sujet ? Et bien, c’est le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, en personne.

D’après le communiqué ayant sanctionné ces travaux hebdomadaires, ""au début des travaux, le Chef de l’Etat a félicité les populations et tous les acteurs qui ont contribué au bon déroulement du processus de recensement électoral mis en œuvre par la CENI et qui s’achève aujourd’hui"".

Et, ""malgré quelques difficultés techniques rencontrées et des incidents mineurs enregistrés, le processus a été conduit de façon satisfaisante"", aurait-il relevé.

Dans la même veine, ""en ce qui concerne les incidents enregistrés"", le Président togolais aurait ""instruit tous les services compétents, notamment les services de sécurité et de justice d’entreprendre toutes les démarches pour identifier leurs auteurs afin qu’ils répondent de leurs actes"".

Comme instruction à tout le gouvernement, il a également engagé ce dernier ""à tirer tous les enseignements en vue de continuer à améliorer le processus électoral dans notre pays"".

Ceci dit, on attend de voir si avec les concertations qui ont lieu ici et là, le gouvernement accèdera à une nouvelle revendication d’une reprise d’une telle opération à laquelle l’opposition, du moins celle représentée par la Coalition des 14, avait pourtant appelé les Togolais à boycotter.
T228