Infos Togo SOCIETE

L’ASVITTO n’est pas content de Faure Gnassingbé !

Publié le vendredi 10 juillet 2020, par Gabinho

Par décret N° 2020-054/PR accordant grâce présidentielle, le chef de l’Etat Faure Gnassingbé a accordé une grâce présidentielle à Maria Teresa Mangubat, une trafiquante de drogue d’origine philippine. Cependant l’action du président togolais n’a apparemment pas plus à l’Association des victimes de la torture au Togo (ASVITTO) qui la trouve injuste de la part de Faure. Voici le communiqué de cette association.

COMMUNIQUÉ DE L’ASVITTO RELATIF À LA GRÂCE PRÉSIDENTIELLE ACCORDÉE À DEUX (2) TRAFIQUANTS DE DROGUE.

L’Association des Victimes de Tortures au Togo (ASVITTO) prend acte du décret N° 2020-054/PR accordant grâce présidentielle à madame Guico Maria Térésa Mangubat qui serait détenue depuis sept (7) ans à la prison civile de Lomé. Les sources nous renseignent qu’une autre personne de sexe masculin aurait également bénéficié de la grâce présidentielle dans la même prison. La curieuse similitude entre les deux (2) bénéficiaires de cette grâce est qu’ils seraient condamnés pour trafic de drogue.
Si ces informations sur les motifs d’incarcération sont avérées, l’ASVITTO apprend que les mobiles de leur mise en liberté sont relatifs à la pandémie de Covid-19. Au regard de ce constat, l’ASVITTO fait part de son inquiétude et suggère aux autorités togolaises de s’assurer des garanties efficaces de non récidive de ce crime très nuisible à la paix, à la sécurité et à la stabilité nationale et internationale avant de se permettre de mettre en liberté les personnes accusées de faire le trafic de drogue.
L’ASVITTO, tout en œuvrant pour le désengorgement des prisons en vue de la protection des détenus contre la pandémie de Covid-19 vient réaffirmer son attachement et sa fermeté au profit de la lutte contre le trafic et la consommation des drogues.
L’ASVITTO invite à cet effet les autorités gouvernementales à corriger l’image très écornée du Togo sur le plan international par rapport au laxisme et à la permissivité de la politique togolaise vis-à-vis de ce fléau.
Au demeurant, l’ASVITTO invite le Chef de l’État à faire libérer par la même prérogative les milliers de prisonniers qui sont accusés pour des faits moins graves que le trafic de drogue et qui croupissent depuis des années dans les prisons civiles du Togo. Cela y va des valeurs d’équité, d’impartialité et de responsabilité qui restent les fondements et caractéristiques d’un président de la république.
Fait à Lomé, le 9 juillet 2020.
Pour l’ASVITTO
Le Président M. ATCHOLI KAO Monzolouwè.