Infos Togo Présidentielle de 2020

Faure entretient difficilement le suspense

Publié le samedi 8 juin 2019, par Gabinho

En séjour à Londres depuis le début de cette semaine dans le cadre de la cinquième édition de « The Annual Debate », le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, a accordé une interview à nos confrères de la radio BBC ; interview dans laquelle il s’est prononcé sur plusieurs sujets d’actualité surtout socio-politiques de son pays.

Les manifestations de rues
« Depuis 2017, les gens ont manifesté de façon abondante »
S’agissant des manifestations publiques à Lomé, le Chef de l’Etat a fait savoir qu’on ne les interdit pas. « Depuis 2017, les gens ont manifesté de façon abondante. Mais je ne saurai tolérer des manifestations avec des armes de guerre. Cela n’est toléré nulle part », a précisé Faure Gnassingbé. Pour lui, ce n’est pas parce qu’on indique un itinéraire différent de celui prévu par les manifestants qu’on interdit leur manifestation. « Nous disons simplement que ceux qui ne manifestent pas ont les mêmes droits que ceux qui manifestent. Ceux qui veulent travailler ont les mêmes droits que ceux qui manifestent donc on doit pouvoir travailler mais d’autres vont pouvoir manifester c’est tout. L’essentiel, c’est de respecter le cadre légal qui est donc la loi de la République qui s’impose à tous », a rappelé le Chef de l’Etat.

La candidature à l’élection présidentielle de 2020
A la question de la journaliste de savoir si Faure Gnassingbé sera candidat à l’élection présidentielle de 2020, le Chef de l’Etat « ne sait pas encore » s’il le sera. « Je ne sais pas, je ne sais pas encore. Je crois qu’il y a encore quelques mois de réflexion et puis après, je verrai ce que mon parti politique décidera », a-t-il déclaré.

Question de la dynastie

Sur la question relative à l’appartenance ou non du Faure Gnassingbé à une dynastie, le Chef de l’Etat s’est référé aux lois et aux dispositions constitutionnelles de son pays. « Je pense que chaque pays à son architecture institutionnelle et constitutionnelle, les règles sont là. L’essentiel, c’est de respecter la loi de son pays, de respecter les dispositions constitutionnelles. Je pense que ça règle cette question. Aujourd’hui, si j’ai la possibilité de me présenter constitutionnellement, je prends acte et puis après le moment va venir je prendrai ma décision », a-t-il affirmé.

T228 (Atlanticinfos)

N.B : Titre retouché