Infos Togo Politique togolaise / Les suggestions de Ricardo Agouzou aux leaders de l’opposition togolaise

""Faites le bilan de vos 30 ans de lutte et accompagnez le peuple à dégager de nouveaux leaders pour un nouveau départ""

Publié le dimanche 18 octobre 2020, par Gabinho

Si nous faisons une mauvaise lecture de notre lutte nous n’aurons jamais de solution.

Le peuple et ses leaders doivent connaître la place de chacun.
Un leader c’est celui qui dirige, qui conduit avec humilité et grande écoute. Pour se faire il prend des décisions, communique et justifie ses prises de position au peuple avec qui il est en parfaite harmonie.
Le peuple c’est un tout.Le peuple et le leader peuvent vouloir la même chose mais il revient au leader de tracer la voie à suivre avec beaucoup plus de réalisme. Le leader qui est le guide sait lire l’avenir. Il Planifie sa stratégie avant d’agir.Il se contente des opportunités et ne s’attarde pas sur les problèmes. Mais au Togo les leaders sont plutôt guidés par le peuple.Les leaders par crainte de perdre la confiance du peuple sont obligés de dire et de faire ce que le peuple veut. Or le peuple ne refléchit pas sur les options. Le peuple ne voit que les problèmes sans voir les opportunités ni la voie à suivre.
Si les leaders n’ont pas la qualité de vrais leaders ils deviendront des otages du peuple et tomberont dans le populisme.
On prend des positions imposées par le peuple qui n’est pas appelé à refléchir profondement après on devient responsable de l’echec qui est décrié et parfois linché.C’est ce qui explique la radicalité des leaders dans leur méthode. Il faut dire ce qui plait au peuple pour être applaudit. Sans mesurer le pour et le contre, les forces et les faiblesses, les stratégies à développer, on se jette avec beaucoup d’émotion. Dans cet élan, le leader n’a plus le courage de dire au peuple (ses militants) que le plan A est à terme et qu’il faille appliquer le plan B. Puisque le peuple a horreur de l’echec, le leader qui est dejà pris en otage par ce peuple très exigeant, fonce tout droit dans le mur sachant bien sûr qu’il est à bout du souffle. Par crainte de se faire lincher par le peuple, il voit le plan B qui est une opportunité comme l’expression de l’impuissance. Le leader qui devrait expliquer au peuple la voie à suivre souffre seul et incapable de proposer son plan. Il se voit en danger entre le peuple et l’adversaire. Il se refugie dans les mots comme logique, intègrité... oubliant qu’une "lutte c’est pour soit gagner quelque chose ou soit ne rien perdre". La lutte ne vient pas revéler la qualité du leader,mais on est leader parce qu’on a des qualités.
Les multiples trahisons de ceux qu’on pouvait appeler leaders au Togo ont fait de ce peuple, un peuple trop exigeant qui veut jouer le rôle de leader. Chacun pense jouer le rôle qui n’est pas le sien.On finit alors par se melanger les pédales, s’ériger en donneur de leçon et puis la haine s’installe.
*Puisque tout peuple trahit ne se laisse pas distraire, il revient aux leaders qui veulent mener la lutte aprés 30 années de tourbillon, de prendre leur responsabilité en exposant clairement leur vision et les méthodes pour y parvenir. Ces leaders devront travailler pour redonner l’espoir au peuple. Avoir la confiance de ce peuple avec une nouvelle alliance sans être son otage.
Le peuple togolais qui cherche à se libérer doit savoir qu’il a besoin de leader et que tout le peuple ne peut pas l’être. Il faut un minimum de confiance entre le peuple et le leader.Le Peuple doit chercher à comprendre le leader et non l’assommer. Le leader doit quand à lui chercher à convaincre le peuple et non l’obliger. Aujourdhui la frustration est grande,le peuple est déçu de ses leaders et les leaders sont deçus du peuple.

Peuple et leaders doivent revoir leur copie. Si on se chamaille dans une lutte c’est que les rôles sont inversés.

L’opposition trentenaire qui a perdu toute la confiance du peuple doit faire le bilan et accompagner le peuple à dégager de nouveaux leaders pour un nouveau départ.

Ricardo Agouzou