Infos Togo Politique et droits de l’Homme au Togo

Eza, Kokodoko, Assiba et Satchivi « arrêtés non pas pour leur opinion politique », d’après la Secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme, Nakpa Polo

Publié le mardi 4 septembre 2018, par

Alors que des voix s’élèvent pour plaider pour leur libération et considèrent souvent qu’ils sont arrêtés pour leur opinion politique ou encore dans l’exercice plein et entier de leur fonction de défenseur des droits de l’Homme, voilà une voix du gouvernement qui a jugé utile de rectifier le tir ce mardi. Ce fut au cours d’une cérémonie d’ouverture d’un atelier du CACIT en faveur des formateurs des défenseurs des droits de l’Homme.

Dans une mise au point sur une intervention du président du CACIT évoquant les cas des traitements que subissent les défenseurs des droits de l’Homme au Togo, dont ceux des deux membres du mouvement Nubuéké, Joseph Eza et Messenth Kokodoko, du président du REJADD (Réseau des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement), Assiba Johnson, et du premier porte-parole du Mouvement En Aucun Cas, Foly Satchivi, la Secrétaire d’Etat en charge des Droits de l’Homme, Nakpa Polo, a catégoriquement indiqué que « ces noms cités ne sont pas arrêtés pour leur opinion politique. C’est pour des affaires de droit commun ». Et « les affaires étant pendantes devant les juridictions », elle a indiqué ne pas souhaiter rentrer dans les détails.

C’est bien là une mise au point qui laisse en juger de ce pourquoi le pouvoir de Lomé, ne semble pas être disposé à concéder jusqu’alors une libération de ces quatre personnes ainsi que d’autres qui ont été arrêtés dans la foulée de cette crise politique togolaise et des manifestations qui l’avait engendré.
T228