Infos Togo Togo-Lutte contre la Covid-19 / Pour renforcer leur résilience

ESA, AEC, Fondavo et l’Eglise de la Transfiguration au chevet des enfants de la rue

Publié le mercredi 20 mai 2020, par Gabinho

Elles sont connues des Togolais pour leurs soutiens multiformes et réguliers en faveur des veuves et des orphelins. Elles ce sont l’ESA (Ecole Supérieur des Affaires), le Cabinet AEC (Audit Expertise Comptable), le FONDAVO (Fonds d’Aide aux Veuves et aux Orphelins) et l’Eglise de la Transfiguration, des structures dont le Dr Charles Birrégah est le principal fondateur. Pour cette période de crise sanitaire mondiale, liée à la Covid-19, ces quatre structures se mettent en action.

Première des opérations, ce fut une opération de don effectuée ce Mercredi au CROSPEDI (Centre de Réinsertion sociale et professionnelle des Enfants en situation Difficile) de Gbossimé à Lomé. Inscrit dans la droite ligne du déroulement du programme spécifique destiné au renforcement de la résilience dans le contexte de la pandémie du Coronavirus, du ministère de l’Action sociale, de la Promotion de la femme et de l’Alphabétisation, cette opération a été l’occasion pour le personnel de ces entités précitées d’offrir de aux enfants pensionnaires de ce centre, des sacs de riz, de maïs, des cartons d’huile végétale, des cartons de sardines, des cartons de spaghetti et des cartons de boites de tomates, d’un coût global de 2 millions de F cfa.

Présidant la cérémonie, et recevant ces dons au nom de ce centre et des autres sur toute l’étendue du territoire national, la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la femme et de l’Alphabétisation, Tchabinandi Kolani-Yentcharé, a salué le fait que la démarche de l’ESA et des autres entités donatrices, « est un véritable coup de pouce à la mise en œuvre du plan d’action de ce programme, axé sur la sensibilisation et la communication, l’accompagnement psychosocial, le renforcement des mesures d’hygiène et l’assistance alimentaire ». Elle y voit le témoignage d’une constance de l’engagement personnel de Dr Birrégah « envers les couches démunies, engagement citoyen par lequel ESA et tous ses partenaires ont été mobilisés « dans un élan patriotique et solidaire ». Le défi de la prise en charge des enfants hébergés dans les centres d’accueil des enfants de la rue à travers le pays devenant de plus en plus grand, elle a invité d’autres bonnes volontés à en faire autant que l’ESA, l’AEC, FONDAVO, l’Eglise de la Transfiguration et leur premier responsable, pour mieux aider le gouvernement « à disposer davantage de moyens pour une meilleure prise en charge de ces êtres fragiles ».

Dans la même veine que ce membre du gouvernement, Dr Birrégah, a réitéré cet appel aux « bonnes volontés pour qu’ils viennent en aide aux enfants des rues. Parce que, si nous voulons la paix dans un pays, c’est de s’occuper de ces enfants-là pour qu’ils ne tombent pas dans la délinquance juvénile et viennent troubler nos sommeils. Je dis souvent aux gens qui ont des moyens, aux hommes qui sont riches et constituent des patrimoines pour léguer à leurs enfants, si vous voulez que vos enfants héritent de vos biens, aidez les enfants des rues, parce que s’il n’y a pas la paix sociale, ils ne pourront pas jouir de ce patrimoine ».

De ses mots, on en retient qu’il n’a fait que céder à cette invitation de Dieu qui leur « a mis à cœur de faire ce don pour soutenir l’action du gouvernement en apportant des ressources pour aider les plus vulnérables », car, voit-il que « les conséquences de la pandémie sont difficiles et seront difficiles encore sur le plan économique et financier, et donc la solidarité des uns et des autres doit permettre d’atténuer tant soit peu la pauvreté qui guette les couches vulnérables ».

Pour Dr Birrégah, « ce n’est qu’un début ». « Nous allons continuer puisque dans les prochains mois, nous avons un plan d’investissement que nous voulons réaliser, c’est-à-dire, dans les centres qui accueillent les enfants des rues, nous allons construire des toilettes et des douches qui accueillent ces enfants des rues », a-t-il conclu.

Pour sa part, Dr Kondo Kandalé, Directeur national de la Protection de l’enfance, a indiqué que cet appui de l’ESA et des trois autres partenaires, « permettra de réaliser le plan d’action du ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la femme et de l’Alphabétisation », vu que « ces enfants sont non seulement vulnérables mais peuvent également constituer un canal de transmission de cette maladie qu’est la Covid-19 ».

T228