Infos Togo Eliminatoires CAN 2013 / Togo-Gabon

Eperviers de Didier Six : l’assaut final

Publié le jeudi 18 octobre 2012, par foli fafa

Qualification au bout ou une énième disqualification à 90 minutes de l’objectif ? La réponse à cette question n’interviendra qu’au soir du 14 octobre prochain au stade de Kégué. Et vue l’intérêt que revêt cette rencontre dans l’histoire il y en aura bien sûr du football dimanche prochain dans l’antre, mieux encore le nid de rapaces de Kégué entre Eperviers du Togo et Panthères du Gabon. Ce sera à la faveur des derniers matches du tour qualificatif de la CAN 2013. Et des arguments, il y en aura de part et d’autre à faire valoir.

Si les Togolais, à défaut des renforts tels Kossi Agassa, Floyd et Jonathan Ayité, et Razak Boukari, ont pu récupérer la quasi-totalité des joueurs qui étaient de l’expédition librevilloise, il y a un peu plus d’un mois, et aussi leur latéral gauche Donou Kokou Liassidi, il y a lieu de reconnaître que le staff technique est bien averti qu’il n’y a aucun risque à prendre. Une conviction qui n’augure pas une sélection des jeunes locaux qui ont participé au regroupement. En termes de mission, cet effectif qui peut compter sur son capitaine buteur au match aller, Sheyi Adebayor, devra simplement barrer la voie à une équipe gabonaise qui arrive à Lomé en revanchard.
En tout cas, tout le groupe est averti. Nul n’a le droit à l’erreur et toutes les minutes de jeu sont à disputer âprement au cas on venait à avoir la confiance de Didier Six et son staff.

En face il est à noter que c’est une équipe du Gabon, requinquée par le retour d’un certain Ecuelé Manga qui rejoint Lomé ce début de week-end pour défier les Eperviers. N’ayant plus vraiment son destin en main, les Gabonais sous la direction de leur capitaine Daniel Cousin n’ont qu’une seule idée dans la tête : secouer le nid des Eperviers par un but qui relancera tout le débat et tout faire pour le conserver, et, au pire des cas, remettre tout à plat et retrouver le sens de la marche vers une qualification en faisant un nul autre qu’un but partout comme ce fut le cas à la maison.

Tout compte fait, ce sera 90 minutes pour vaincre ou mourir pour une sélection togolaise absente sur le pré depuis 2006 à une phase finale de CAN (absente en 2008 et 2012, et qualifiée mais empêchée par les évènements dramatiques de l’enclave de Cabinda, en 2010).

G.K, Lomé (Rédaction Telegramme228)