Infos Togo

Encore des arrestations dans l’affaire de présumée insurrection

Publié le mardi 10 décembre 2019, par Gabinho

La liste des arrestations dans l’affaire de présumée insurrection de la nuit du 23 Novembre dernier continue de s’allonger.

Après les 18 personnes dont l’ancien entraineur des Eperviers U17, Abraw Samer, interpellées dans cette affaire, c’est le ministre de la Sécurité, Yark Damehame, qui, hier à Lomé, face au corps diplomatique accrédité au Togo, ensemble avec ses collègues de l’Administration, et des Droits de l’Homme a informé de ce que 10 autres personnes ont été aussi arrêtées dans le cadre de cette affaire.

Au cours de cette rencontre, il a été question d’expliquer aux diplomates, les tenants et les aboutissants de cette présumée insurrection qu’ils seraient parvenus à déjouer.

Des mots du ministre Yark, « à ce jour, nous sommes à 28 personnes sous les verrous. Elles seront traduites en justice pour répondre de leurs actes. Les investigations se poursuivent car c’est une plateforme sur laquelle ils sont nombreux ».

Aussi, a poursuivi le ministre, « c’est une plateforme et tant que vous faites partie de cette plateforme, vous êtes impliqués car vous connaissez bien les idéologies de la plateforme. Maintenant, il appartient à la justice d’apprécier votre degré d’implication et d’en juger ».

Toujours d’après lui, et comme pour répondre aux accusations de restriction des libertés publiques, il a avancé, que « le gouvernement n’a aucune intention de restreindre la liberté de manifestation ou de circulation » et qu’« il est aussi de son devoir de prendre les dispositions pour prévenir tout acte de violence dont il a confirmation après recoupements ».

Etaient présents à cette rencontre, parmi les membres du corps diplomatique, Eric Stromayer (USA), Chao Weidong (Chine), Marc Vizy (France), Garba Lompo (représentant permanent de la CEDEAO), Damien Mama (Coordonnateur résident du système des nations unies au Togo).

Pour rappel, cette tentative supposée d’insurrection, selon le bilan des autorités togolaises, a coûté la vie à un gendarme, suite à ses blessures, occasionné plusieurs blessés et la disparition de quatre armes AK47.
T228