Infos Togo Pour faire avaliser la liste des huit représentants de la C14 à la CENI

""En Aucun Cas"" trace la voie à suivre

Publié le lundi 29 octobre 2018, par

Son premier porte-parole, Foly Satchivi, jeté en prison ou pas, le mouvement En Aucun Cas continue par faire entendre sa voix. Ce Lundi matin, ce mouvement était encore face à la presse dans un hôtel de la place à Lomé. Objet de cette conférence de presse, revenir sur les machinations (selon ce mouvement) qui jusqu’alors n’ont pas permis l’entrée à la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) des 8 représentants choisis par la C14 (Coalition des 14 partis de l’opposition). Aussi, trace-t-il à la C14 la voie à suivre pour contourner cette situation et faire entrée ses 8 représentants à la CENI contrairement aux 7 sur lesquels le pouvoir et ses députés semblent être d’accord. En tout cas, pour En Aucun Cas, il faudra retourner vers le Comité de suivi pour lui soumettre la liste et que ce soit la Coordinatrice de la C14, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo, qui le fasse et non la présidente du groupe parlementaire ANC, Me Isabelle Améganvi....

Dans les lignes suivantes, la déclaration liminaire lue au cours de cette conférence de presse.

DÉCLARATION LIMINAIRE :

Mesdames et Messieurs les journalistes,

La CENI véritable devant organiser les élections n’a jusqu’alors pas encore été instituée. La raison fondamentale, nous le savons tous. Elle a pour nom les machinations de l’UFC du traître et vendu Gilchrist Olympio.

S’il est vrai que dans le communiqué que le comité Exécutif du Mouvement EN AUCUN CAS avait sorti, il y a quelques jours pour donner son avis sur cette question, nous déclarions que c’est à UNIR que L’UFC devrait réclamer un siège, il n’est pas moins vrai que si les choses avaient été faites, au préalable autrement nous n’en seront pas là, à tergiverser sur ce débat stérile et inutile, orchestré par les esprits malveillants pour nous faire perdre du temps.

En effet, après analyse de la situation, le Mouvement EN AUCUN CAS estime que s’il est un fait qui a pu occasionner ce débat, c’est bien l’envoi de la liste des huit (8) représentants de l’opposition au Président de l’Assemblée Nationale.

En effet, la répartition retenue étant le fruit de la négociation qui eut lieu autour du Comité de suivi de la CEDEAO, nous pensons que c’est plutôt au Comité de suivi et aux médiateurs qu’il fallait envoyer la liste des huit représentants de l’opposition.

De plus, pour que la démarche soit cohérente et conforme à l’esprit même de l’accord, nous estimons que ce n’était pas à la présidente du groupe parlementaire ANC d’envoyer cette liste mais plutôt à la coordinatrice de la coalition des 14, entendu Mme Brigitte ADJAMAGBO. Nous n’avons absolument rien contre cette grande dame que nous apprécions beaucoup. Mais pour que la démarche soit plus cohérente, on aurait dû procéder ainsi.

En outre, UNIR et le gouvernement devront aussi en faire autant. C’est donc ce comité qui doit prendre acte des noms, à lui envoyer et venir installer les membres choisis, comme il l’a fait pour les experts en procédant au même moment à la mise en place du Bureau.

Dans le même sens, nous pensons que chaque partie devra envoyer au comité de suivi le nom de deux personnalités neutres qu’il estime capable de présider convenablement l’institution.

Les choses étant ainsi faites, c’est au comité de suivi que les personnes ou groupes de personnes qui se sentent lésés doivent envoyer leur recours. Ainsi donc actuellement, c’est le comité de suivi qui devrait trancher le recours de l’UFC.

Mais nous restons optimistes et pensons qu’il n’est pas encore trop tard pour se racheter et mettre fin à ce débat stérile.

Par ailleurs, le Mouvement EN AUCUN CAS regrette jusqu’alors que les membres des organisations de la société civile et des partis politiques incarcérés du fait de leurs opinions politiques soient toujours maintenus en détention malgré les multiples appels et manifestations en vue de leur libération. C’est pourquoi, s’associant à l’appel des camarades du Front Citoyen Togo debout et des autres organisations de la société civile, le Mouvement EN AUCUN CAS et les organisations membres que sont la LTDE, L’ONG ACTION S. U. D, la SP-BT demandent à tous leurs membres et sympathisants ainsi qu’à la population entière de se mobiliser très massivement pour prendre part à la marche de ce samedi 03 octobre 2018.

Quand la République est en danger, tout le monde doit se sentir concerner, nous conseillait Foly SATCHIVI.

Fait à Lomé, le 29 octobre 2018

*Le Comité Exécutif*