Infos Togo « ESPERANCE POUR LE TOGO », Le manifeste pour sortir le Togo de la crise

Les Forces vives du Togo réclament une feuille de route plus élaborée

Publié le mercredi 5 septembre 2018, par


Elles étaient sous la direction du révérend Affognon en réunion hier à Lomé. Elles, ce sont les Forces vives du Togo. Au terme de cette rencontre qui a réuni religieux et acteurs de la société civile togolaise et quelques politiques, il en ressort que tous sont d’avis que la feuille de route de la CEDEAO n’est pas mieux élaborée et nécessite des retouches pour être sans faille dans la recherche des voies pour une sortie de crise au Togo. Pour ce faire, les Forces vives réclament sans détour, une feuille de route mieux élaborée.

Voici le manifeste qu’elles ont rendu public à cet effet et que les Togolais sont appelés à rallier en marquant leur adhésion par une signature...

MANIFESTE DES FORCES VIVES

SOMMAIRE

PREAMBULE

NOTRE IDENTITE

NOTRE AMBITION

DES ACTIONS COMMUNES

PREAMBULE

PARCE QUE NOUS, FILS ET FILLES DU TOGO,

Croyons que notre pays le Togo est notre plus grand bien commun, car don du « Grand Dieu » pour tous les filles et fils du « pays de nos aïeux ».
Croyons à la culture de la « vertu », et de la « vaillance pour la postérité ».

Professons que notre cœur « soupire vers la liberté » et que chaque fille et fils togolaise et togolais, promet de servir le Togo « dans l’unité ».

Avons pleinement conscience, bien que solidaires des autres nations, que nous sommes pour le Togo « Seuls artisans de son bonheur, ainsi que de son avenir ».

Nous engageons avec tous nos frères et sœurs togolaises et togolais ainsi qu’avec les hommes et femmes de bonne volonté, à rester « debout », à lutter « sans défaillance », à vaincre ou à mourir mais dans « la dignité ».

Jurons « fidélité » au « pays de nos aïeux » et voudrions de toute notre force, « aimer servir » la nation, nous « dépasser, et tout faire sans nous lasser, pour que notre Togo chéri, devienne l’or de l’humanité »,

NOTRE IDENTITE

NOUS,

Femmes et hommes, issus de diverses ethnies et régions du Togo, provenant de toutes les conditions sociales, professant diverses religions, appartenant à diverses organisations de la société civile, reconnaissons que :

CETTE DIVERSITE NOUS ENRICHIT MUTUELLEMENT ET MET PLUTOT EN RELIEF CE QUI NOUS RASSEMBLE :

DES PRINCIPES ET DES VALEURS

o La priorité de la recherche du bien commun, c’est-à-dire du bien-être individuel et du mieux vivre ensemble des Togolais ;

o L’impératif d’un engagement à :
- demeurer dans une recherche constante pour préserver l’unité nationale,

- bâtir une société de justice et de paix,

- œuvrer pour une répartition équitable des richesses nationales,

-  consolider la solidarité indispensable entre tous les citoyens,

- édifier une société de liberté ou chacun peut donner son point de vue sur le devenir de la cité ;

- œuvrer pour une réconciliation nationale pérenne enracinée dans la vérité et le pardon ;

Ce sont des valeurs qui ont leur fondement dans notre hymne national.

UNE VOCATION ET DES MISSIONS

Nous sommes conscients que nous avons vocation à constituer une réelle force dont on doit tenir compte dans la construction de notre cité, et que, dans cette perspective, nous avons comme missions
- d’exercer un rôle de veille auprès des décideurs, et

- d’éveil auprès de nos concitoyens

et ainsi, de ne pas renoncer à nos responsabilités dans l’ancrage de la démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance dans notre pays ;

AVONS DECIDE D’ETABLIR ENTRE NOUS UN PACTE DE CONFIANCE MUTUELLE, EN VUE DE CONTRIBUER AU PROCESSUS DE SORTIE DE CRISE DE NOTRE PAYS EN DEFINISSANT DES STRATEGIES COMMUNES.

NOTRE AMBITION

CONSTITUER UNE FORCE DE PROPOSITIONS ALTERNATIVES ET D’ACTION GRACE A : UNE LECTURE COMMUNE DU CONTEXTE QUI GUIDE NOTRE ACTION

Tout en reconnaissant que la situation actuelle du Togo trouve ses racines dans les événements et les choix politiques intervenus depuis plus d’un demi-siècle, notre stratégie tient compte essentiellement de ce que les Togolais vivent depuis août 2017 : une crise politique exacerbée et des mouvements sociaux importants qui menacent l’unité nationale, la paix sociale et le bien-être des citoyens.

La dernière tentative pour dénouer cette crise est la médiation initiée par la CEDEAO qui a débouché, le 31 juillet 2018, lors de la 53ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement, sur un ensemble de recommandations à propos de la situation sociopolitique du Togo.

L’ensemble de ces recommandations nommé par tous « Feuille de route de la CEDEAO », nous semble être une opportunité à saisir par tout acteur de la vie sociale au Togo, et donc par toute organisation ou personne qui se réclame de la société civile, dans la recherche d’une voie crédible de sortie de crise.

DES OBJECTIFS COMMUNS

En fonction de cette lecture nous formulons pour notre action les objectifs suivants :

o Obtenir une feuille de route plus élaborée

Cela signifie un document qui comporte :

- des jalons temporels clairs, choisis sur la base d’un argumentaire pertinent de façon à constituer un chronogramme rationnel ;

-  les bases et les démarches d’un processus consensuel ;

o Participer à l’instauration d’un climat serein qui facilite la conception et la mise en œuvre consensuelles de la feuille de route

Cela signifie que nous soutenons et défendons :

- Les mesures d’apaisement social : libération de tous les détenus politiques, garantie de la liberté de manifestation dans toutes les localités du pays et facilitation du retour des réfugiés ;

- Le principe de la confiance unanime dans le processus de sortie de crise

Pour cela les réformes constitutionnelles, institutionnelles et surtout électorales (loi électorale, cadre électoral, découpage, fichier électoral, transmission et centralisation des résultats etc.) doivent être considérées comme des préalables si on ne veut plus aboutir aux mêmes constats que ceux faits par l’Union Européenne au lendemain des élections de 2015 :

« Un taux d’inscription anormalement élevé marqué par de fortes disparités géographiques, une campagne électorale dominée par la mobilisation de l’appareil d’Etat, des limitations à l’exercice de la liberté de la presse (…) ; l’insuffisance des mesures de transparence essentielles à la traçabilité des résultats ; (…), l’annonce précipitée de résultats provisoires non validés en plénière de la CENI (…), etc. »
(Rapport de la Mission d’expertise électorale de l’UE sur la présidentielle du 25 avril 2015)

Les réformes constituent par conséquent la condition de l’existence d’un Etat de droit consolidé ; elles constituent une garantie minimale donnée à tous pour la cohésion sociale.

o Notre participation à la conception et à la mise en œuvre de cette feuille de route

Nous avons comme objectif d’être entendus sur tous les points du processus de sortie de crise, et donc nous luttons pour être associés à tout débat concernant les indispensables réformes et notamment :

-  le processus électoral

Bien que les Organisations de la Société Civile ne visent guère l’exercice du pouvoir, elles sont conscientes que le bien-être du citoyen dépend de l’issue des élections ; voilà pourquoi nous entendons intervenir en amont par rapport à l’administration électorale pour que le processus électoral soit juste et transparent de manière que les résultats issus des élections entraînent l’adhésion du plus grand nombre ;

La question de la CENI est essentielle : il est indispensable de revoir sa composition actuelle et celle de ses différents démembrements pour un processus électoral transparent, équitable et fiable.

Les réformes électorales, en particulier des élections à deux tours et un découpage respectant le principe « un homme une voix » constituent un préalable incontournable pour des élections crédibles.

- et de façon générale, la prise en compte des attentes des citoyens

La société civile entend particulièrement se faire entendre à propos des attentes concrètes des citoyens concernant le bien-être de chacun. On ne peut tenir ensemble dans un pays que par la justice sociale qui permet le partage équitable des richesses pour un mieux vivre ensemble assuré par l’égalité dans les droits et obligations.

La société civile exhorte les gouvernants à s’abstenir de toute instrumentalisation de la justice car celle-ci est le substrat de la paix sociale et à faire de nos forces de défense et de sécurité une institution républicaine.

DES ACTIONS COMMUNES

Sur la base de ces objectifs, étant toutefois entendu que nos choix stratégiques ne se limitent pas à la Feuille de route de la CEDEAO, nous entendons initier toutes sortes d’actions et de démarches communes qui aillent dans le sens de :

o La reconnaissance de la société civile

Nous allons œuvrer pour tenir notre place et donc jouer notre rôle à toutes les étapes et dans tous les aspects du processus de sortie de crise. Cela signifie que nous ferons des efforts pour la reconnaissance de notre spécificité et du caractère fondamental de notre engagement, en particulier du fait que nos prises de positions se réfèrent avant tout à des normes. De la même façon nous reconnaissons la spécificité des choix, des axes d’actions et des démarches des partis politiques.

o L’éveil des citoyens

Nous nous réservons la possibilité d’organiser toute action destinée à encourager l’éveil des citoyens, en particulier toute action d’informations et de sensibilisation par toutes les voies qui sont à notre disposition (rassemblements divers, conférences, médias, réseaux sociaux, réseaux des organisations de la société civile qui composent ce mouvement citoyen, etc.). Ces actions peuvent être collectives, c’est-à-dire concerner toutes les Forces Vives, ou n’en concerner que certaines selon leur charisme.

o La veille citoyenne

Nous pensons jouer pleinement notre rôle en demeurant suffisamment vigilants et proactifs pour non seulement donner notre point de vue mais aussi en exprimant toute protestation et en réalisant tout plaidoyer tant que les intérêts du citoyen sont en jeu.

Deux soucis transversaux habitent tous nos choix :

o La volonté de concertation

Nous nous engageons à toujours rechercher une concertation sans exclusive avec toutes les parties prenantes de la crise togolaise, acteurs nationaux (partis et mouvements politiques de toute tendance) et internationaux (CEDEAO, Union Africaine, Union Européenne, autres pays etc.)

o L’ouverture à tous

Nous affirmons notre ouverture à toute personne ou organisation de la société civile qui partage nos points de vue mais aussi à ceux qui souhaitent engager un débat avec nous sur les points développés dans le présent manifeste.

FEMMES ET HOMMES DE BONNE VOLONTE, PARTAGEANT L’ENGAGEMENT SOLENNEL A « LUTTER SANS DEFAILLANCE » POUR LE PLUS GRAND BIEN DE TOUS LES TOGOLAIS, FEDERONS NOS ENERGIES ET NOS EFFORTS !
..........
RÉCLAME PUBLICITAIRE

*DESTINATION DUBAÏ-TURQUIE*
Envie de voyager sur la cité lumière Dubaï (Emirats Arabes Unis) ou sur la Turquie, pays frontalier de l’espace Shengen et à multiples opportunités (travail, affaires et études) ?

Pas de problème. Confiez-nous votre rêve de voyage et on se charge de le transformer en réalité.

Nous vous proposons des packages Visa-Hébergement-Travail-Billet d’avion en un temps record et à un coût défiant toute concurrence, pour ces pays en constante développement et qui n’ont rien à envier aux Grands d’Europe.
Conditions : 10.000 F cfa de frais de dossier, dépôt de passeport, une preuve de paiement des frais dus une fois le visa prêt et signature d’un engagement formel de paiement.

Package Dubaï : Coût de 1.100.000 F Cfa, traitement en 3 jours

Package Turquie (Visa et billet d’avion) : 1 650 000 F Cfa, traitement entre 2 et 3 semaines

Contact : 99 54 71 58 /91 54 61 98

N.B : Pas de projet de voyage, prière s’abstenir. Merci !!!