Infos Togo

« Elève » à Zafi, Piketinam, volontaire de Peace Corps, « enseignante » d’agriculture dans un village de la région centrale

Publié le vendredi 29 novembre 2019, par Gabinho

Elle a pour nom, Gillian d’Acierno (19 ans), et renommée « Pikétinam », qui signifie tout simplement « C’est bon pour moi, en Kabyè, langue du Nord Togo). Membre d’un lot de 1 volontaires dont 7 auront à travailler au service de la promotion de l’entrepreneuriat agricole durable, cette volontaire venue des Etats-Unis, et précisément de l’Etat de New York, cette jeune dame au même moment où elle apprend de l’agriculture togolaise telle qu’elle est pratiquée, aura à faire profiter de ses connaissances en agriculture aux paysans de la région centrale, ceci, durant les deux prochaines années. Avant son affectation dans la région centrale du Togo, Piketinam a déjà eu droit à un stage d’immersion initiale de trois mois dans le monde des activités champêtres de Zafi (préfecture de Yoto).

C’est un stage qui visiblement a préparé psychologiquement la jeune dame pour la suite de sa mission de volontaire de Peace Corps au Togo.

Se confiant avant son déploiement sur la région centrale, à nos confrères d’Agridigitale, cette New-yorkaise, de son immersion à Zafi, indique avoir « appris notamment les techniques traditionnelles de l’agriculture, qui sont bien différentes de celles des États-Unis d’Amérique où on utilise beaucoup plus des machines. À Zafi où on a été, ils cultivent beaucoup le maïs sans oublier les tubercules. Les populations nous ont aussi appris les méthodes souvent pratiquées pour améliorer la qualité du sol. Ils se lèvent très tôt pour aller au champ où ils travaillent très dur car le travail se fait avec la houe, la pioche et autres. C’est vraiment dur. Je pense qu’il y a des avantages et inconvénients comme c’est le cas pour les machines aussi ».

« Elève » à Zafi, Piketinam sera pour cette fois-ci enseignante dans la région centrale. Il en ressort de ses confidences qu’elle aura à « enseigner l’agriculture au collège de ce village et passer aussi des temps avec des paysans au champ ». Précision sur sa mission, elle détaille qu’ « il y a plusieurs choses à enseigner aux élèves et paysans par exemple l’agroforesterie, les techniques de conservation, le jardinage, la culture de différents types de plantes ».

En tout cas, il ne s’agira pas d’une mission vaine pour Gillian d’Acierno qui, une fois de retour au pays (Etats-Unis) espère pouvoir continuer ses études sur la base de ce qu’elle aura appris au Togo.

T228

N.B : Photo Agridigitale