Infos Togo Secrétariat général de la Francophonie

Edoh vote Mushikiwabo

Publié le jeudi 11 octobre 2018, par Gabinho

Plusieurs mois plus tôt déjà, il avait attiré l’attention de plus d’uns sur les raisons qui doivent amener les décideurs de la Francophonie, à ne pas porter leur choix sur la Canadienne Mme Michaelle Jean, pour un second mandat à la tête de cette organisation de francophones et de francophiles. Visiblement les faits semblent donner raison au MMLK et son président, le pasteur Edoh Komi. Puisque, avant même l’ouverture du sommet de la Francophonie, ce jour, à Erevan en Arménie, la Secrétaire générale sortante a perdu ses soutiens de poids comme la France mais aussi le Canada, son pays d’origine, mais aussi et surtout de l’Afrique qui dans toute sa majorité semble porter son choix sur la candidate du Rwanda, Louise Mushikiwabo. Dans une nouvelle déclaration, le Mouvement se dit « favorable à Louise Mushikiwabo à la tête de la Francophonie ».

Voici le contenu…

MMLK - TOGO / FAVORABLE À LOUISE MUSHIKIWABO À LA TÊTE DE LA FRANCOPHONIE
APRÈS UN BILAN MITIGÉ DU 1ER MANDAT DE MME MICHAELLE JEAN À LA FRANCOPHONIE : LE MOUVEMENT MARTIN LUTHER KING RECOMMANDE AUX CHEFS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DE VOTER POUR LA RWANDAISE, LOUISE MUSHIKIWABO AU PROCHAIN SOMMET

Le Mouvement Martin Luther KING constate avec déception le mandat (2014- 2018) de l’actuel Secrétaire Générale de l’organisation Internationale de la Francophonie pour n’avoir pas pu s’imposer ni s’affirmer dans toutes les situations auxquelles étaient confrontés les pays membres de son institution et recommande par conséquent aux dirigeants de l’espace francophone de ne plus lui renouveler leur confiance lors de la rencontre de l’Arménie qui s’ouvre le 11 Octobre.
En effet, Madame Michaelle Jean a été désignée Secrétaire Générale en 2014 à Dakar suscitant beaucoup d’espoir pour les millions de citoyens ayant le Français en partage.
Mais ironie de sort, au terme de son mandat, il n’est de secret pour personne que l’échec et la déception se conjuguent mutuellement dans son bilan, lequel est sans doute médiocre. Alors que son prédécesseur, Abdou Diouf avait relancé l’institution pour faire d’elle une francophonie des peuples non seulement liés par la même identité de langue mais aussi soucieux des grandes ouvertures à la démocratie et l’état de droit. Ce qui a lamentablement manqué dans le mandat de l’actuel occupant du Secrétariat Général de la Francophonie. Du coup, personne ne pourra dire avec certitude l’action positive qui aurait été comptabilisé à sa faveur n’eût été le foisonnement des séries de communiqués qui n’ont été que des effets d’annonces sans actes concrets. C’est du fiasco sur toute la ligne et elle n’est la personne indiquée pour conduire la Francophonie pendant les 4 prochaines années.

Si le MMLK reconnait que la francophonie est une branche maquillée de la françafrique pour faire dormir debout les pays africains de la langue française, donc ne pouvant favoriser le développement du continent, cela n’exclut pas certes que son premier responsable soit si moins entreprenant tout en étant loin des difficultés des pays membres. Pour le MMLK, la Francophonie sous Michaëlle JEAN ces quatre dernières années, s’est littéralement effacée du concert des nations alors que plusieurs pays membres enfreignent aux principes démocratiques et continuent de violer les droits de l’homme dont les traitements inhumains, dégradants et cruels.

Pour cela, le MMLK appelle les dirigeants de l’espace francophone à dire non à un second mandat de Michaëlle Jean mais plutôt à voter pour la candidate Rwandaise, Louise MUSHIKIWABO à la tête de la Francophone.

LOMÉ, le 5 octobre 2018

Le président

Pasteur EDOH K. KOMI

N.B : Mme LOUISE MUSHIKIWABO (en noir) et Michaelle Jean