Infos Togo Politique

Edoh Komi : “Nous n’avons pas été élus pour favoriser le désordre”

Publié le mardi 16 juin 2020, par Gabinho

Le 1er maire adjoint de la commune Golfe 2 dont le siège est pour le moment à Nukafu (au lieu de Hédzranawoé) n’est pas prêt à tolérer de la pagaille dans le ressort territorial de sa commune. De la violation des feux rouge à la surcharge en passant par le blocage de la voie publique en temps de pluie, il n’a pas mâché ses mots .

Pasteur Edoh Komi, président du mouvement Martin Luther King (MMLK) ne veut pas défendre la cause des sans voix dans le désordre.

Première anomalie qu’il a déplorée est le blocage de la voie publique en temps de pluie. C’est fréquent à Lomé et ses environs de voir certains ménages ou boutiques, dont la devanture est inondée, positionner des blocs de pierre ou des troncs d’arbre devant leurs installations pour empêcher même les piétons de marcher à sec.

“La superficie qui vous appartient, c’est ce que vous avez clôturée et vous y avez droit. Mais, le reste c’est pour l’État et donc la voie publique. Nous n’allons pas tolérer ces choses dans notre commune et je pense qu’aucune autre commune ne saurait l’accepter. Dès que vous constatez ces cas, merci de les signaler à la mairie et on se chargera de le régler. En cas de récidive de l’intéressé, nous ferons appel aux forcescde l’ordre qui vont sévir”, a déclaré cet après-midi Édoh Komi sur Radio Zéphyr dans l’émission ‘Mianto Dédé’ de Marcel Agbédokou.

À la question de savoir ce qu’en dirait la population qui les élus, il a été très clair et précis. “Nous n’avons pas été élus pour favoriser le désordre”, a-t-il martelé.

Autre sujet dénoncé par l’adjoint au maire est la violation des feux tricolores et la surcharge, notamment présence de trois passagers sur moto.

“Avoir trois passagers à moto, c’est un danger public. Quand on aura encore arrêté des cas comme ça, nous sommes d’accord que les personnes soient enfermées. De même quand on arrête quelqu’un pour violation des feux tricolores, il faut enfermer la personne pour au moins une semaine. Les amendes deviennent de plus en plus négociables. Et moi Édoh Komi je ne suis pas prêt à défendre une personne emprisonnée pour violation des feux tricolores car c’est un simple fait qui peut faire plusieurs personnes innocentes”, a souligné Édoh Komi.