Infos Togo Fluctuation des prix de carburant au Togo / Affaire de Détournement de près de 500 milliards de FCFA

Edoh et Adjamagbo veulent connaitre la vérité

Publié le jeudi 18 juin 2020, par Gabinho

Cela fait plus d’une semaine que cette affaire scandaleuse de détournement épingle certains noms « hauts placés » faisant ainsi les choux gras des médias de tous genres confondus.

En effet, dans sa parution 877 du mardi, 09 juin dernier, L’Alternative relevait que les nommés Francis Sossah Adjakly et son fils Fabrice Affatsawo Adjakly avec certaines autorités Togolaises en partenariat avec le Trader suisse VITOL auraient depuis plusieurs années un système de détournement en mode Offshore allant dans le cadre de la fluctuation des prix de carburant au Togo.

Face à une telle révélation, ce qui surprend encore plus, c’est le silence de ces personnes citées. « Pourquoi ce mutisme du gouvernement Togolais ? », se demande le MMLK.

En effet, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) de Komi Edoh, ayant également appris la nouvelle par le biais du bihebdomadaire l’Alternative demande à la Cour des Comptes et à la Haute Autorité de Prévention de Lutte Contre la Corruption et des Infractions Assimilées de « faire la lumière sur ces graves allégations portant sur un si énorme scandale financier ». La même demande est faite du côté de l’une des Associations des Consommateurs qui, après avoir espéré en vain que les autorités se prononcent sur le sujet, a plutôt sorti un communiqué dans lequel elle demande au Gouvernement et à l’Inspection Générale de l’Etat de « sortir de leur réserve pour se prononcer sur la véracité ou non desdites allégations », ainsi, ils « rassureront davantage la population sur leur engagement dans la transparence de la gestion des affaires publiques et de la lutte contre la corruption ».

Cette histoire est l’affaire de tous ! D’ailleurs une femme politique a également intervenu. Il s’agit de la Secrétaire Générale de la CDPA (Convention Démocratique des Peuples Panafricains), Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson. Concernant ce scandale d’Etat, c’est à travers son compte Twitter que cette dernière a fait savoir que « la justice doit sans délais se saisir du scandale révélé par les médias », car « sa crédibilité est à ce prix ».

Yvette S. / T228