Infos Togo Répartition des sièges de l’opposition parlementaire à la CENI / S’entendre avec l’UFC

Dupuy n’en veut pas !

Publié le vendredi 12 octobre 2018, par

L’Alliance nationale pour le Changement de Jean Pierre Fabre et l’’Union des Forces de changement de son mentor en politique, Gilchrist Olympio continuent à s’entredéchirer sur la question de l’opposition parlementaire de l’UFC.

Entre l’ANC et l’UFC, tout est sens dessus dessous. Pourtant, le second a fait des premiers, ce qu’ils sont aujourd’hui. Le parti de Gilchrist Olympio est devenu aujourd’hui, le combat politique pour l’ANC de M. Fabre. Au point que, les leaders de l’ANC veulent enterrer vivant le parti. Mais, c’est mal connaître son mentor qui n’a pas encore dit son dernier mot.

En effet, après les dernières discussions sur la feuille de route à Lomé, pouvoir et opposition se sont entendus à ce que, la coalition envoie membres pour siéger à la CENI. Cette équation très facile à résoudre, est devenue la préoccupation centrale, puisque, l’Anc et sa coalition refusent de reconnaître à l’UFC, son appartenance à l’opposition.

Comme argument, l’accord politique intervenu entre l’ex parti défunt RPT devenu Unir et le parti de M. Olympio. Mais est-ce une raison suffisante ? Si à l’UFC, la porte est encore ouverte pour d’éventuelle concertation entre l’ANC et l’UFC, le parti de Jean Pierre Fabre n’est pas sur la même longueur d’ondes. Mais c’est peut-être pour trouver une solution entre les deux partis politiques que, Dr Ekoué Gada Folly, Conseiller de M. Gilchrist Olympio a lancé un appel à une concertation sur les antennes de Taxi Fm. Malheureusement, à l’ANC, l’heure n’est plus à la concertation.

C’est ce qui ressort d’une réaction du chargé à la communication du parti de M. Fabre, Eric Dupuy cité par nos confrères d’AfricaFullSuccess. Joint au sujet de l’appel du conseiller de M. Olympio, Eric Dupuy a été formel : « Pourquoi faire ? Est-ce-que l’UFC était au dialogue ? Le cadre du dialogue était bien défini. C’est une décision du comité de suivi. Est-ce-que l’UFC vient aux discussions du comité de suivi ? Si oui, que le parti vienne alors et nous en discuterons avec le comité de suivi ».

Pour Eric Dupuy, l’UFC ne doit plus demander un poste à la CENI parmi les 8 représentants fournis par la C14. « Pourquoi le parti UNIR ne donnerait pas à l’UFC 1 siège ? Tous les togolais savent que depuis le fameux accord de 2010 entre Le RPT/UNIR et l’UFC, M. Gilcrist Olympio et M. Faure Gnassingbé, sont ensemble. Ils vivent ensemble, ils dorment ensemble et donc ça ne doit rien coûter au RPT/UNIR de leur donner un poste », a poursuivi Dupuy avant de conclure : « C’est aussi ça l’amitié ».

Au parti au pouvoir, Si l’UFC et la coalition ne se mettent pas d’accord pour que l’UFC laisse sa place à la CENI, c’est leur problème.
Togotimes
N.B : Article repris grâce au partenariat Telegramme-Togotimes