Infos Togo Mali / 100 jours de détention de Soumaïla Cissé par un Groupe de Djihadistes

Dr Gnagnon réclame une synergie d’action d’organisations sous régionales, africaines et des Chefs d’Etats contre le terrorisme pour obtenir sa libération

Publié le jeudi 2 juillet 2020, par Gabinho

Il n’est pas seulement épris pour les questions politiques togolaises mais aussi africaines. Candidat déclaré à la présidentielle de 2020, Dr Jean-Emmanuel Gnagnon, prend le parti de l’acteur politique, président de L’URD et chef de file de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé, enlevé et détenu depuis le 25 mars 2020 par un Groupe djihadiste dans le Nord Mali.

Plusieurs voix se sont élevées pour appeler à la libération de cette figure politique africaine. Dr Jean Emmanuel Gnagnon tient à exprimer toute sa solidarité à tous les membres de l’URD ainsi qu’à la famille biologique du leader de l’opposition malienne.

« Je trouve que le cas de Soumaila Cissé doit interpeler tous les hommes politiques africains engagés pour la démocratie, la paix et la stabilité en Afrique. La lutte contre le terrorisme doit être plus stratégique, plus concertée et très efficace », indique-t-il.

Il faut rappeler que le premier responsable du Mouvement « Togo Restauration », Dr Jean Emmanuel Gnagnon avait par le passé et plusieurs fois rencontré le chef de file de l’opposition malienne, Soumaila Cissé, en 2017 et en 2018, où les deux hommes ont principalement échangé sur l’engagement politique des jeunes et les défis démocratiques dans les pays africains.

« Aujourd’hui, il est bien fondé de craindre pour la vie de Soumaila Cissé. J’appelle la communauté internationale, la CEDEAO, L’UA, les chefs d’Etat africains engagés dans la lutte contre le terrorisme à diligenter des actions synergiques afin de faire libérer l’honorable Soumaila Cissé », poursuit l’ancien candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2020 au Togo.

Une conviction de Dr Jean Emmanuel Gnagnon, qui a rappelé que toute la sous-région ouest africaine est en proie à l’extrémisme djihadiste, c’est que le Togo qui a tout temps joué un rôle stratégique dans la lutte contre le terrorisme, doit s’impliquer activement pour la libération du leader de l’URD.

« Nous devons nous battre pour la sauvegarde de la démocratie en Afrique et condamner l’usage de la violence sous toutes ses formes. Pour l’avenir de la jeunesse africaine, l’engagement de tous contre le terrorisme est un devoir commun », a-t-il conclu tout en réitérant tout son soutien particulier à l’épouse et aux enfants de l’honorable Soumaila Cissé.
T228

N.B : En image, Dr Jean-Emmanuel Gnagnon et Soumaïla Cissé (archives)