Infos Togo Vœux 2021 / Combat continu contre les injustices socioéconomiques

Dr Gnagnon invite à ""des actions fortes pour la consolidation de la cohésion et de la paix sociales""

Publié le samedi 2 janvier 2021, par Gabinho

Ce sont des vœux qui invitent à plus de justice en faveur des Togolais. Président du Mouvement Togo Restauration, candidat déclaré à la présidentielle de 2020 et Adjoint au Maire de la Commune de Lacs 3 Agbodrafo, Dr Jean Emmanuel Gnagnon, n’a pas manqué l’occasion de souhait des vœux à ses concitoyens.... Après un bilan de l’année 2020, qui d’après lui, a vu ""notre destin commun"" être ""durement éprouvé"" aussi bien par l’élection présidentielle du 22 février 2020 et la Covid 19, il formule le voeux qu’ ""à partir de 2021, il est temps d’aller de l’avant et de donner ensemble la chance à un Togo plus juste et plus prospère dans une dynamique de prospérité partagée. La riposte contre la propagation de la COVID-19 doit se poursuivre en mettant l’accent sur des efforts de solutions adaptables à nos réalités locales. Il serait encourageant de soutenir les scientifiques et chercheurs nationaux pour mettre au point un remède adéquat et local contre le Coronavirus. Il est à cet effet important de mettre à contribution les plateformes des experts de la médecine alternative afin d’aller vers une affirmation nationale dans le concert des nations. Nous ne devons plus sous-estimer le génie togolais !"" . Aussi souhaite Dr Gnagnon, que ""pour une vie politique plus apaisée, nous devons courageusement reprendre les questions relatives aux réformes institutionnelles et constitutionnelles, au cadre électoral dans un esprit progressiste pour garantir l’indépendance des institutions et prévenir le pays de crises inutiles et rébarbatives qui nuisent tout simplement à notre volonté et à nos efforts de développement"". Et pour ce qui est du ""débat sur la nécessité de l’alternance politique dans notre pays"", il doit désormais ""se reposer autrement avec le déploiement d’une stratégie et d’un mode opératoire innovants. Il faudra entre autres œuvrer pour le respect de l’article 75 de la constitution portant sur le statut des anciens de la république. Cette disposition est capitale pour faciliter le processus d’alternance pacifique dans notre pays. Nous devons oser y travailler patriotiquement, car cela est une nécessité d’aujourd’hui et de demain pour une démocratie renforcée"". Enfin, en appelle l’élu local, ""à des actions fortes pour la consolidation de la cohésion et de la paix sociales par un combat continu contre toutes les formes d’injustices socioéconomiques"".

Voici l’intégralité de son message de vœux...

MESSAGE DE VŒUX POUR L’ANNÉE 2021 : UNE ANNÉE DE CONSOLATION POUR LE TOGO.

Mes chers compatriotes, Togolaises et Togolais,

Notre destin commun a été durement éprouvé au cours de l’année 2020. Douze longs mois au cours desquels notre vivre-ensemble ainsi que notre rêve d’un Togo nouveau ont été fondamentalement ébranlés par les quiproquos avant, pendant et après l’élection présidentielle du 22 février 2020, et aussi par la survenance de la pandémie de la COVID-19 avec ses inextricables impacts socioéconomiques.

L’année 2020 aura été dans l’histoire de l’humanité une année de grandes épreuves... pour plusieurs nations dans le monde entier. Je rends grâce à Dieu d’avoir préservé et protégé notre nation du pire.

Concernant la riposte contre la COVID-19, je saisis cette occasion pour féliciter le gouvernement togolais et tous les acteurs impliqués qui ont œuvré d’arrache-pied dans le sens d’endiguer la pandémie. Des efforts louables ont été faits même si nous avons eu à déplorer quelquefois des imperfections relatives à la gestion de la crise sanitaire.

Quant au plan politique, il est clair que notre démocratie se construit et se déconstruit à l’aune des velléités d’un système politique suranné et exsangue qui appelle fondamentalement à une réinvention de nouveaux paradigmes politiques. Un nouveau départ s’impose avec acuité pour éviter que ne perdurent la monotonie et l’immobilisme nés de plusieurs années de querelles politiques et de luttes démocratiques quasiment infructueuses.

À partir de 2021, il est temps d’aller de l’avant et de donner ensemble la chance à un Togo plus juste et plus prospère dans une dynamique de prospérité partagée.

La riposte contre la propagation de la COVID-19 doit se poursuivre en mettant l’accent sur des efforts de solutions adaptables à nos réalités locales. Il serait encourageant de soutenir les scientifiques et chercheurs nationaux pour mettre au point un remède adéquat et local contre le Coronavirus. Il est à cet effet important de mettre à contribution les plateformes des experts de la médecine alternative afin d’aller vers une affirmation nationale dans le concert des nations. Nous ne devons plus sous-estimer le génie togolais !

Par ailleurs, pour une vie politique plus apaisée, nous devons courageusement reprendre les questions relatives aux réformes institutionnelles et constitutionnelles, au cadre électoral dans un esprit progressiste pour garantir l’indépendance des institutions et prévenir le pays de crises inutiles et rébarbatives qui nuisent tout simplement à notre volonté et à nos efforts de développement.

Le débat sur la nécessité de l’alternance politique dans notre pays doit se reposer autrement avec le déploiement d’une stratégie et d’un mode opératoire innovants. Il faudra entre autres œuvrer pour le respect de l’article 75 de la constitution portant sur le statut des anciens de la république. Cette disposition est capitale pour faciliter le processus d’alternance pacifique dans notre pays. Nous devons oser y travailler patriotiquement, car cela est une nécessité d’aujourd’hui et de demain pour une démocratie renforcée.

Togolaises, Togolais,

J’appelle à des actions fortes pour la consolidation de la cohésion et de la paix sociales par un combat continu contre toutes les formes d’injustices socioéconomiques qui exacerbent la fracture déjà profonde depuis plusieurs décennies. Les graves et révoltantes disparités dans la redistribution des richesses du pays sont de nature à mettre continuellement à rudes épreuves la solidarité, la fraternité, la concorde et toute volonté de prospérité partagée.

Nous devons aller absolument vers de profondes réformes sociales et économiques avec des indices de résultats objectifs et clairs qui permettront de restaurer les concitoyens dans la dignité et le droit d’appartenir à la même nation. L’accaparement des richesses et des privilèges par une oligarchie pernicieuse agissant dans toutes les sphères du pays, n’est plus à démontrer aujourd’hui. Il faut poursuivre la lutte pour plus de justice sociale !

Aujourd’hui, il n’est plus un doute que la jeunesse représente un dividende démocratique important à capitaliser dans la dynamique du développement. Malheureusement, ils sont nombreux ces jeunes pourtant qualifiés et compétents qui essuient effrontément le déni de leur droit à l’emploi en raison de leurs opinion. D’autres sont persécutés à cause de leur engagement politique et leur simple droit de mettre leurs compétences au service du développement du pays leur est refusé par des courants obscurantistes qui régentent la fonction publique, l’enseignement supérieur, etc. Pour bâtir ensemble un pays, l’exclusion est comme un ennemi à dénoncer et à combattre !

Togolaises et Togolais,

Le monde post-Covid 19 est un monde à refaire, à rebâtir et à réinventer. Notre diplomatie doit capitaliser la force de notre génie à inventer de nouveaux paradigmes des relations internationales dans le sens du respect des droits de l’Homme, de la bonne gouvernance, de la justice, de l’État de droit et de la démocratie. Notre apport à la reconstruction du nouveau monde doit se fonder sur des idéaux de paix, de solidarité, de vivre-ensemble et de prospérité partagée. Il est temps d’adapter notre système économique aux nouvelles réalités très exigeantes, de même que notre système éducatif et sanitaire.

À ce même titre, nous devons dynamiser notre système de sécurité et de défense afin de le moderniser pour qu’il réponde davantage aux exigences démocratiques et de respect des droits de l’homme. Je saisis cette opportunité pour féliciter nos forces de sécurité et de défense pour tous les efforts consentis dans l’exercice de leur noble et difficile mission. Notre souhait est qu’elles fassent plus preuve de noblesse et de grandeur dans l’accomplissement de leur mission en demeurant conscients que tout abus de leur part pourrait être fatal pour la vie humaine. Car la vie de tout citoyen, qui qu’il soit, est un capital pour le progrès et le développement. Nous devons la préserver et la protéger absolument !

Togolaises, Togolais,
Mes chers compatriotes,

Cette année nouvelle, qui incarne le début d’une nouvelle décennie, est une nouvelle opportunité pour nous ouvrir sur une nouvelle ère de la lutte démocratique dans notre pays. Trente après les élans de 1990, les espoirs d’un Togo nouveau restent ardents dans les cœurs malgré les multiples opportunités dilapidées sur l’autel de l’égoïsme, des querelles de personnes, la haine, la vengeance, les intérêts partisans et les velléités divisionnistes. À l’heure du bilan, il est sans ambages clair qu’il faut changer d’approche et que la quête de l’alternance devienne une nécessité nationale, un besoin commun et un impératif collectif. Nous devons avoir dès lors le courage et le sursaut d’orgueil de tirer les leçons du passé dans un grand esprit d’humilité et de responsabilité partagée.

Le pardon et la réconciliation de part et d’autre sont des valeurs capables de nous aider à transcender nos blessures du passé et donner la chance à un rêve commun d’un pays restauré.

Je lance un appel solennel à toute la nouvelle génération à prendre conscience pleinement de son rôle majeur pour sortir notre pays de l’ornière et l’engager sur la voie de la restauration nationale.

Enfin, je prie pour que Dieu Tout-Puissant fasse de 2021 une année de grande consolation pour la nation togolaise.

Bonne et heureuse année à toutes et à tous dans la paix et la grâce du Dieu Tout-Puissant !

Que Dieu protège et bénisse le Togo !

Dr Jean Emmanuel Gnagnon