Infos Togo Requiem de fin pour le PPAAO

Dr Assimiou Adou Rahim Alimi, Coordonnateur PPAAO-Togo : « Le PPAAO laisse un service de recherche et de vulgarisation renforcé plus efficace pour faire face aux défis de demain »

Publié le vendredi 20 décembre 2019, par Gabinho

Mis à exécution depuis déjà 8 ans, le PPAAO-Togo (Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest-Togo) arrive à son terme à la fin de ce mois de Décembre 2019 au Togo. Et comme à chaque fin d’activité, il est loisible de se sacrifier à la tradition d’un bilan, le PPAAO par le biais de son Coordonnateur national, Dr Assimiou Adou Rahim Alimi, entouré des bénéficiaires de ce programme qui a fait le bonheur des agriculteurs togolais ces dernières années, allégeant les difficultés de leurs activités quotidiennes, a partagé hier Jeudi dans l’émission « Togo en marche » de la TVT (Télévision Togolaise), le fruit de leurs réalisations.

Durant 80 minutes d’horloge, Dr Adou, accompagné de Guema M’Bantana, Dr Alédé ainsi que de Mme Quenum ont éclairé la lanterne de plus d’uns sur ce programme. En termes de bilan, le Coordonnateur pays du PPAAO, parle de bilan satisfaisant. « Le projet a été exécuté de façon satisfaisante. Et le PPAAO Togo a obtenu aussi une notation satisfaisante de la Banque mondiale », ce sont là des mots de M. Adou qui dans ses analyses, a aussi faut constater que « l’avantage au Togo, c’est que le PPAAO a été réalisé dans le cadre du PNIASAN et aussi le MIFA y est venu apporter un plus. Et donc, il y a eu une certaine complémentarité qui a permis de régler les imperfections qu’il pourrait y avoir ».

Si l’on peut craindre pour la suite, ou l’après PPAAO, le Coordonnateur national de ce programme pour sa part se veut confiant. Il a dit espérer que le MIFA prenne le relai, pour répondre aux besoins à venir des agriculteurs togolais quant à la diffusion et la disposition des technologies développées durant la mise à exécution du PPAAO. Aussi, a déclaré Dr Assimiou Adou Rahim Alimi, avec plein d’optimisme, « l’agriculture togolaise de demain sera une agriculture transformée, bien tournée vers le marché ».

Il fonde toutes ses espérances sur le fait que « le PPAAO laisse un service de recherche et de vulgarisation renforcé plus efficace pour faire face aux défis de demain ». « On a les conditions qu’il faut pour réaliser les ambitions du PND », a-t-il conclu.

C’est bien un optimisme partagé par les autres acteurs autour du plateau hier Jeudi, à savoir Dr Abédé de l’ITRA, Mme Quenum qui est de la Société civile et aussi, le fabricant de machines agricoles, Guema M’Bantana, qui ont plaidé pour un travail accru, en vue de la pérennisation des acquis du PPAAO, pour accompagner au mieux les producteurs.

T228