Infos Togo Réclamation du corps du Colonel Madjoulba

Doufelgou reste debout malgré la répression, au moins un blessé grave par balle

Publié le lundi 11 mai 2020, par Gabinho

Après un premier avertissement la semaine dernière, les populations de Doufelgou ont à nouveau manifesté ce Lundi leur colère suite à l’assassinat de leur fils et frère, le Colonel Bitala Madjoulba.

Au terme de l’ultimatum de 72 heures qu’elle avait donné aux autorités togolaises pour la restitution du corps de leur « fils froidement assassiné », cette population est redescendue dans les rues de la ville ce Lundi, pour réclamer à nouveau le corps de leur fils afin qu’il fasse l’objet d’un digne enterrement suivant les rites Nawdeba.

En effet, venues des différents cantons de la préfecture de Doufelgou, plus nombreux que jamais, ces populations ont submergé les forces de l’ordre. Si certaines de ces forces de l’ordre ont eu la chance d’échapper aux courroux des jeunes manifestants, d’autres n’ont pas en cette même chance. Nos sources dans la ville de Niamtougou ont fait état de vitres et portes de la préfecture brisées. Le maître des lieux, le préfet de Doufelgou qui aurait tenté de fuir a été rattrapé par les manifestants. Ces mêmes sources ont signalé des tirs à balles entendus dans la ville et parlent d’au moins un blessé grave parmi les jeunes manifestants.

Si certains natifs du milieu, leaders d’opinion ou acteurs politiques ne se sont pas abstenus de manifester leur soutien à un tel soulèvement des populations, d’autres encore proches de pouvoir en place jouent toujours la carte de l’apaisement et de la médiation.

Toutefois, on comprend difficilement la situation de deux poids deux mesures des autorités togolaises qui, on se rappelle encore en 2017, à la suite de l’assassinat dans les circonstances difficilement maitrisables d’un militaire gardant la maison du ministre Ouro-Koura Agadazi dans la ville de Sokodé, sont monté au créneau s’illustrant par une vive réaction suivie de représailles qui s’est abattu sur les populations de Sokodé. Pourquoi n’en font-elles pas autant en œuvrant pour que justice soit rendue pour le Colonel Madjoulba ?

T228