Monde Bulletin du PRR

Donald TRUMP ou une nouvelle ère qui s’ouvre partout ?

Publié le vendredi 18 novembre 2016, par Gabinho

Avec l’élection de Donald TRUMP pour présider pendant quatre ans à la destinée des Etats-Unis à partir du 20 Janvier 2017, le monde vient d’entrer dans une nouvelle ère d’incertitudes. Selon ses proclamations durant la campagne électorale, il apparaît que sa volonté d’orienter les Etats-Unis dans le sens de l’isolationnisme et en faveur d’une doctrine de totale libre entreprise fait peur aux dirigeants européens, asiatiques et africains. Pourtant la mondialisation ou la globalisation a fait beaucoup de dégâts dans les pays européens, asiatiques et africains. Faut-il croire alors que nos élites ou dirigeants politiques préfèrent le fascisme universel des néo-conservateurs, reposant essentiellement sur la puissance de banques, devenues des casinos, dotées d’agents de contrôle et de déstabilisation des Etats, de médias de masse avec leurs techniques de manipulation des consciences et des Etats contrôlés par des bureaucraties supranationales ?
L’histoire ne devant pas continuer avec cette idéologie de la guerre préventive et ce rêve insensé d’une domination mondiale par l’écurie des néo-conservateurs, qui ont engendré le règne du mensonge et le terrorisme, la providence a d’abord favorisé l’élection de Barack OBAMA puis maintenant celle de Donald TRUMP. Convaincu que ce sont les idées qui influencent et guident l’histoire, je pense qu’il est possible que le courant des néo-conservateurs se sente menacé et qu’il risque de se muer en fascisme.
Le cynisme politique et la lâcheté de ceux, qui profitent du système de prédation des néo-conservateurs, ont malgré tout des effets directs sur l’histoire car au moment des périls, les peuples se réveillent et se libèrent de la peur. Cette force, souvent irrésistible des peuples, qui vient de porter Donald TRUMP à la présidence des Etats-Unis, doit être surveillée et revivifiée ailleurs pour devenir plus forte que toutes les oligarchies financières et conservatrices, en vue de faire échec aux compromissions des élites européennes et africaines. Nous devons mener ce combat en pensant à Socrate qui avait dit : « Le bonheur qu’apporte la stimulation de la jeunesse et la joie de philosopher et combattre avec elle, pour lui donner un avenir, sont incomparables ». C’est cela qui est la culture de la vie et du progrès contre la culture de la tradition à laquelle est attachée la plupart des élites qui dénoncent l’élection de Donald TRUMP aux Etats-Unis. Le changement n’est-il pas la loi de l’évolution et l’évolution la loi de la vie ?
Comment un vrai démocrate peut-il être contre l’élection de Donald TRUMP, qui a non seulement gagné les votes des grands électeurs mais également les votes populaires, contrairement à George W. BUSH en 2000 ? A partir du 20 Janvier 2017, nous verrons si ce sera le début d’une nouvelle politique de pillage des ressources de la planète par le fascisme financier mondial et la poursuite des guerres de déstabilisation et de néo-colonialisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ou si ce sera une nouvelle ère pour la liberté des peuples et l’économie productive. Nous espérons que ce sera le début de la fin de la politique visant à imposer, sous l’égide du FMI, la collecte des dettes extérieures des Etats assortie d’une austérité draconienne. La dernière visite de Barack OBAMA en Grèce et en Allemagne est consacrée à cet effet. Les privatisations de nos sociétés publiques et le pillage des systèmes de santé représentent le fer de lance de la politique fasciste de l’oligarchie financière et des néo-conservateurs.
Le BREXIT au Royaume Uni et l’élection de Donald TRUMP aux Etats-Unis sont une même condamnation de la politique meurtrière de l’Union Européenne, qui est la même que celle adoptée par les pays africains sinon pire dans les Etats de l’UEMOA. Il nous faut urgemment adopter le système américain d’économie politique, basé sur le concept de Banque nationale, contrairement au concept libéral fasciste de Banque centrale indépendante appliquée dans la zone euro et dans nos pays africains. J’affirme ici que tant que les pays africains en général et le Togo en particulier ne vont pas faire marche arrière toute de cette politique que nous impose le FMI, soutenu par l’Union Européenne, pour rétablir une orientation économique comme celle pratiquée par l’administration OBAMA où l’Etat fédéral américain, grâce à son contrôle de la Federal Reserve (FED), Banque nationale américaine, et à l’émission de crédit public, réoriente l’argent vers l’investissement productif dans la recherche, la haute technologie, les infrastructures, la santé, le plein emploi productif, etc ; nos populations demeureront massivement dans la misère avec le règne de l’ignorance et des violences. Le Togo est un pays créé pour un destin exceptionnel. C’est pourquoi, il est affirmé dans notre hymne national qu’il est l’or de l’humanité.
C’est donc une absurde anomalie de voir des politiciens se déchirer et cultiver l’intolérance, le sectarisme, l’ostracisme, le tribalisme, le dénigrement des autres et la démagogie. C’est pourquoi, notre évolution est marquée jusqu’ici par la médiocrité avec des crises à répétition. Nous courrons toujours de nouveaux dangers de convulsions violentes si nous ne nous unissons pas pour travailler avec ardeur, dans l’ordre et dans le respect mutuel. Mais, j’ai confiance car je vois que se redresse la sève de nouveaux espoirs avec de jeunes gens qui s’organisent pour exiger le renouvellement de la classe politique et la rectification de la gouvernance. La rectification doit absolument intervenir dans la vie politique, sociale, économique, culturelle et morale. Il est arrivé à notre peuple de s’étourdir à caresser des chimères mais son génie le ramène progressivement dans le droit chemin.
L’idéalisme est la seconde nature du caractère national, qui est et demeure l’élément essentiel de l’influence de notre patrie. Le peuple togolais doit gravir sans crainte la pente du courage, de la vérité, de la solidarité, de la tolérance pour connaître enfin le bien-être et la liberté. Il ne doit plus écouter ni suivre ceux qui lui chantent le cantique de la division, du désordre et de la revanche. Il n’y a pas de doute que nous ne sortirons du marasme actuel que si nous avons le courage de tourner le dos au passé et nos regards vers l’horizon de la cohésion nationale et de la paix civile. C’est une évidence aujourd’hui qu’au caractère fractionnel des partis politiques, qui les frappe d’infirmité morale, s’ajoutent leurs divisions internes, leur discrédit, leur vacuité intellectuelle et leur décadence. Avec leurs batailles intestines, ils amènent les étrangers à nous donner des leçons et à se mêler de nos affaires. Nous disons silence à leurs surenchères et c’est assez de la prédominance de leurs intérêts partisans et personnels. Sans abdiquer ni taire nos justes diversités ou divergences, nous devons aplanir ce qui nous oppose pour ne plus traumatiser les populations et continuer à faire régresser le pays. Le monde est dur. Nous ne devons que compter sur nous-mêmes pour obtenir ce qu’il faut pour nous développer et prendre la juste place qui est la nôtre dans le concert des nations.
La nation togolaise doit être libre et grande. Nul n’a le droit de nous dicter de l’extérieur ce que nous devons faire et nous devons cesser de diviser notre peuple. Je vois dans le miroir de notre destinée les signes grandissants de la force et du renouveau. C’est maintenant plus que jamais quand les Etats-Unis vont tourner une page de leur histoire que nous devons ouvrir nos esprits et nos cœurs pour y faire entrer les vertus et les valeurs de la liberté, du courage, de la vérité, de la justice, de la solidarité et de l’espérance. Que Dieu nous inspire et nous protège.
Nicolas LAWSON
Président du PRR