Infos Togo Université de Lomé / Affaire des notes truquées

Dodji Korokoro espère « un dénouement rapide »

Publié le lundi 12 mars 2018, par Gabinho

Depuis l’éclatement de cette affaire dite des notes truquées à la FSS (Faculté des Sciences de la Santé) et l’interpellation de professeur Watéba Ihou, et des deux jeunes étudiants, Mlle Léontine Amoudzi Tamekloe et Cédric Yann Foly Dosseh, la première en en Pharmacie, et l’autre en médecine, il est accusé de tous comme ayant été le commanditaire de ces arrestations. Ce lundi, le président de l’Université de Lomé, Professeur Dodji Kokoroko, a rompu le silence. Ceci, au travers d’un communiqué.

A travers ce document, prof Kokoroko qui dit être vivement dans l’attente des résultats de l’enquête du SRI (Service de Recherche et d’Investigation), espère que la FSS sera lavée de tout soupçon et exempte de toutes charges éventuelles. Il demande dès lors au monde universitaire de Lomé du calme et de la sérénité, annonce que diligence est faire pour un dénouement rapide de la situation. « La présidence de l’Université de Lomé appelle dès lors la communauté universitaire au calme, à la retenue et à la sérénité dans le respect de la présomption d’innocence et la recherche de la vérité. Elle la rassure que diligence est faite pour un dénouement rapide de la situation », c’est ce qu’écrivait Dodji Kokoroko dans son communiqué.

Dans les explications du président de l’Université de Lomé, cette affaire n’est que dans la suite logique des dénonciations répétées de fraude au titre des évaluations de l’année universitaire 2016-2017 par un groupe d’étudiants dont la FSS avait fait objet. Il cite donc des rencontres qui auraient été organisées ensemble avec les autorités décanales de la FSS pour apporter des solutions idoines et pérennes à cette situation.

A en croire les mots de la présidence de l’Université de Lomé contenus dans ce communiqué, c’est donc « la FSS qui a, en retour, émis le vœu que la lumière soit faite sur cette affaire l’audit du système de gestion des résultats des semestres 1 et 2. Dans cette dynamique, en accord avec le décanat de la FSS, l’expertise de la gendarmerie nationale, par ailleurs saisie de la même affaire par des plaintes ayant le même objet, a été sollicitée ».
T228