Infos Togo Opposition togolaise

Difficile rapprochement entre l’UFC et la C14 : Réponse sèche des extra-parlementaires au parti du nouveau Chef de file de l’opposition

Publié le mardi 29 janvier 2019, par

A l’UFC, désormais première force de l’opposition parlementaire avec seulement 7 députés, les sons de cloche sont divergents. Alors que d’aucuns voient en cette responsabilité de Chef de file de l’opposition qui échoit finalement à leader, une occasion de siffler la fin de l’accord RPT/UNIR-UFC, ce qui se serait d’ailleurs traduit par la non participation au gouvernement Klassou II, d’autres croient dur comme fer que ""l’accord n’a pas volé en éclats"" et donc, est toujours d’actualité même si l’on peut se demander comment se serait alors facile pour le chef de file de l’opposition de jouer son rôle de contre poids, en faveur des populations.

Mais ces pour ou contre la fin de cet accord de mai 2010 au sein de l’UFC sont d’avis sur une seule chose, l’appel lancé par le parti aux autres forces politiques pour travailler au développement du pays.

C’est en tout cas un appel qui sonne mal à la C14. Samedi dernier, à la faveur de leur marche, la première du genre cette année, la Coordinnatrice de la C14 et alternativement, Secrétaire générale de la CDPA, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, ne croit pas que tout est question de lancer un appel mais plutôt d’agir dans le sens de la concrétisation des aspirations prrofondes du peuple togolais, du moins de ceux qui aspirent à une alternance à la tête du pays.

""Nous, nous pensons que nous portons les aspirations des Togolais. Et donc, tous ceux qui, comme nous, là où ils se trouvent, agiront pour concrétiser ces aspirations, le peuple applaudira. Ce n’est pas la peine de lancer un appel, il faut agir"", ainsi s’exprimait Mme Adjamagbo-Johnson.

Une position qui laisse constater que le rapprochement entre la C14 et l’UFC, même soit-elle, parti du nouveau Chef de file de l’opposition, n’est pas pour aujourd’hui.
T228