Infos Togo TOGO-Du rififi à la CPP

‘’Destitué’’ et remplacé par Adrien Akouété, Anani Akoli refuse de céder le fauteuil

Publié le mardi 24 novembre 2020, par Gabinho

Après seulement 11 mois de sa prise de fonction au poste de Président du parti CPP (Convergence Patriotique Panafricaine), Emmanuel Anani Akoli et son bureau ont été destitués samedi 21 novembre 2020 à l’issue d’un conseil national tenu à Lomé. Le Président destitué n’est pas prêt de quitter son poste estimant que le nouvel « homme fort » use « du banditisme politique pur ».
Pour des raisons de la non satisfaction du bilan annuel présenté par Anani Akoli et son exécutif, ces derniers ont été démis de leurs fonctions et remplacés sur le champ.
Elu le 16 décembre 2019, il est reproché aux ex-membres du bureau, un bilan médiocre ainsi qu’un travail qui n’a visiblement pas convaincu les différentes fédérations du parti fondé par le feu Edem Kodjo.
D’après les explications du Président de la transition, « nous avons dix fédérations, neuf ont demandé le Conseil national, de même que 17 membres du bureau, 12 ont aussi demandé le Conseil national. C’est largement suffisant pour la majorité. », a indiqué samedi Adrien Béléki Akouete, le président provisoire du CPP.
« En plus, nous sommes des démocrates et ce que la majorité demande, il n’y a pas de roi super puissant qui pourrait dire non. Si nous nous battons pour la démocratie et l’alternance, soyons nous-mêmes démocrates d’abord », a-t-il poursuivi tout en précisant que « durant les derniers six mois et surtout depuis le mois d’août, notre bureau ne fonctionne plus comme cela se doit. C’est ce qui a amené les fédérations à saisir le bureau pour la tenue de ce conseil ».
Cette décision n’est pas du tout bien accueillie par le président révoqué qui a finalement brisé le silence 3 jours après ce verdict.
Dans un communiqué rendu public ce lundi, l’homme rejette la décision issue du Conseil national de cette formation politique tenue samedi dernier. « Qui a autorité à destituer le Bureau Exécutif de la CPP élu au Congrès Ordinaire du 07 décembre 2019 ? », s’interroge Emmanuel Akoli et de déplorer « Ce qui se passe actuellement à la CPP sonne fatalement son acte de décès ».
Pour lui, le conseil national ayant siégé pour décider de son sort est illégitime et n’a pas agi conformément aux textes fondamentaux du parti. D’une part, « Le Congrès ou le Conseil National du Parti est convoqué et présidé par le Président National élu (Art. 26, 27, 28, 29, 30 et 31 des statuts du Parti) ». D’autre part, « Même si certaines Fédérations ont été induites en erreur par de fausses informations, demandent un Conseil National d’éclairage, elles devraient écrire au Président National, ce qui n’a jamais été le cas. Les 26 délégués, au lieu de 300 à 400 qui se sont retrouvés le 21 novembre dernier pour, disent-ils avoir destitué le Bureau Exécutif et son Président National élus au Congrès Ordinaire du 07 décembre 2019 ont été investis par qui ? Ils se sont réunis sur convocation de qui ? », Aimerait-il savoir.
Nous y reviendrons pour de plus amples informations.

Yvette S. /T228