Infos Togo Covid19

Désespérés, les EV réclament le NOVISSI de Faure Gnassingbé

Publié le jeudi 16 juillet 2020, par Gabinho

Les enseignants volontaires (EV) commencent par perdre patience et s’en remettent au Premier Ministre, voire au Chef de l’État Faure Gnassingbé dont le NOVISSI débloqué pour eux n’arrivent pas à destination. Les EV dénoncent un flou opaque dans la gestion si bien qu’à ce jour à peine 5% seulement ont perçu sur un total de 12 613 qu’ils sont dans les différentes inspections.

Faisant partie des couches vulnérables touchées par les mesures barrières relatives à la lutte contre le covid19, les EV n’ont plus avoir de ressources financières à cause des établissements scolaires fermés depuis le 20 mars ; or, sans salaire, ils jouissent au cours de l’année scolaire des petites répétitions de gauche à droite pour survivre. Mais, covid19 est venu mettre du sable dans le peu de farine dont ils disposaient et c’est le chaos.

Sensible à cette précarité dans laquelle ils devraient vivre, le gouvernement, sous l’instruction du chef de l’État, a pris des dispositions pour les soutenir, comme cela avait été fait dans un passé récent aux gens impactés par le couvre-feu et le bouclage des villes dans le grand Lomé et Tchaoudjo. Interoogé sur la question, le Premier Ministre Komi Sélom KLASSOU avait défié la presse que les EV vont eux-mêmes témoigner du geste de solidarité du gouvernement à leur endroit.

Chose promise, chose due ! Ainsi, NOVISSI version EV a débuté le 27 juin. Les femmes doivent percevoir 24 500 francs CFA et les hommes 21 000 francs CFA en deux tranches par mois.

Les enseignants volontaires saluent à sa juste valeur l’attention particulière que le gouvernement a accordée à leurs problèmes en les insérant dans le programme NOVISSI.

Apparemment, on dirait de la poudre aux yeux. Du flou sur flou, de la frustration sur frustration. Les EV sont dépassés par les multiples remontées sans suite faites aux responsables du programme Novissi.

On descend de l’arbre par là où on est passé pour y monter, dit-on selon la traduction littérale d’un adage vernaculaire. Les EV saisissent le Chef du gouvernement et déballe tout. Le courrier a été déposé hier mercredi même par l’association nationale des enseignants volontaires du Togo (A.N.E.VO.TO).

"Depuis le pilotage du dossier des enseignants volontaires par Novissi, un flou opaque entoure la gestion efficiente dudit programme quant à la liste des EV du Togo dont dispose le programme. Au jour d’aujourd’hui (15 juillet, ndlr), environ cinq pour cent des enseignants volontaires ont pu bénéficier de cette aide et le reste peine toujours à s’inscrire pour problème de connexion", selon Florent SONDOU, président de l’ANEVOTO.

M. SONDOU, lui-même, n’en a rien eu depuis lors. Il voit bleu, selon les amis d’à côté.

Humblement, les EV demandent au Premier ministre Komi Sélom KLASSOU de leur trouver une solution afin deouvoir eux-aussi jouir du NOVISSI du chef de l’État Faure Gnassingbé.

"Ils ont promis nous donner l’argent par quinzaine mais malheureusement certains ont pris leur part depuis le 27 alors que d’autres peinent toujours à s’inscrire ou à rentrer en possession de leur dû. Notre souhait c’est que l’argent nous soit envoyé dans les inspections pour nous faciliter la tâche. Aussi certains collègues ne retrouvent pas leur nom sur la liste que détient Novissi et d’autres n’ont pas de cartes d’électeurs mais disposent de cartes d’identités. Vivement qu’une solution soit trouvée à ces camarades pour qu’aucun EV ne soit laisser de côté comme l’a promis le chef de l’État", souligne Florent SONDOU.

Pour aider le gouvernement dans les pistes de solution, ils réitèrent les propositions faites aux responsables du programme. Les EV souhaitent une décentralisation du programme Novissi au niveau du ministère de tutelle et que les fonds transitent par les inspections pour véritablement profiter aux ayant-droits. En conséquence, “que tous les enseignants volontaires ayant leurs noms dans la base de données des inspection soient tous pris en compte”, plaident les EV auprès du Premier ministre.