Afrique Guinée-Bissau

Des sanctions contre les hommes politiques qui entravent l’application de l’accord de Conakry

Publié le vendredi 2 février 2018, par Gabinho

Une mission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a annoncé à la presse jeudi "l’effectivité" à compter de ce 1er février, des sanctions contre les hommes politiques bissau-guinéens qui entravent la mise en œuvre de l’accord de sortie de crise signé en octobre 2016 à Conakry.

Le chef de la mission, le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey, a constaté, dans un communiqué, que la nomination du Premier ministre de consensus préconisée par l’Accord de Conakry n’a pas été respectée. Par conséquent, "la Commission annonce l’effectivité des sanctions collectives et individuelles, à compter du 1er février", sans indiquer la nature de ces sanctions.

"Sans la pleine mise en œuvre de l’Accord de Conakry, à savoir la nomination d’un Premier ministre consensuel et la formation d’un gouvernement inclusif, les conditions politiques ne sont pas remplies pour l’organisation d’élections crédibles et inclusives", a souligné la mission au terme de sa visite de deux jours à Bissau.

La mission a lancé "un appel pressant" à l’Union africaine, à la Communauté des Pays de Langue portugaise (CPLP), à l’Union européenne et aux Nations Unies pour soutenir la CEDEAO dans la mise en œuvre des sanctions.

Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a nommé lundi un nouveau Premier ministre, Augusto Antonio Artur Silva, qui, bien que appartenant à la direction du PAIGC, n’a pas reçu l’aval indispensable de ce parti majoritaire.

Par ailleurs, la mission de la CEDEAO, dans son communiqué, a "déploré fortement le non-respect de la liberté de réunion reconnue par la constitution de Guinée-Bissau", faisant allusion à la tenue du congrès du PAIGC qui n’a pu s’ouvrir depuis mardi, à cause du bouclage des salles de réunion par les forces de l’ordre.

La mission de la CEDEAO a appelé les forces de défense et de sécurité à maintenir une position républicaine et à rester neutres et éloignées des hommes politiques, a souligné le communiqué.

La mission est dans le pays avec le but de trouver une solution avec les acteurs politiques bissau-guinéens pour mettre fin à la crise politique qui persiste depuis plus de deux ans en dépit de nombreuses médiations.
French.china.org.cn

N.B : En image, Jose Mario Vaz, le président de Guinée Bissau