Infos Togo Politique au Togo

Des religieux catholiques et des opposants espionnés par le pouvoir de Lomé avec le logiciel israélien Pegasus

Publié le lundi 3 août 2020, par Gabinho

C’est ce qu’affirme le nos confrères du journal Le monde qui révèle ainsi les résultats d’une enquête menée par eux et par leurs collègues de The Guardian. Dans un article intitulé ""Comment le Togo a utilisé le logiciel israélien Pegasus pour espionner des religieux catholiques et des opposants"", le journal français indique que ""le régime togolais a utilisé un logiciel ultra-sophisitiqué pour cibler des religieux catholiques, des militants de la société civile et des opposants politiques"".

D’après l’article en question, parmi les religieux espionnés par le régime de Lomé qui lui s’intéresse jusqu’au contenu du smartphone de l’homme de foi, il y avait le président de la CET(Conférence des Evêques du Togo), Mgr Benoît Alowonou, celui là même qui aime répéter à ses paroissiens de Kpalimé, ville agricole du sud-ouest du Togo, que « Dieu connaît la vérité du cœur ».

Nos confrères de Le Monde et The Guardian, révèlent que ""le religieux de 71 ans est l’un des six Togolais identifiés pour l’instant à avoir été ciblés par un logiciel espion très sophistiqué dénommé Pegasus. Une arme numérique développée et vendue aux Etats par la société israélienne NSO Group, officiellement pour lutter contre le terrorisme et la grande criminalité. Au Togo, elle a été utilisée contre des religieux catholiques, des militants de la société civile et des politiciens de l’opposition. Ces voix qui critiquent le pouvoir du président Faure Gnassingbé ont subi à leur insu des infections de leurs smartphones au cours de l’année 2019"". Toutefois répond le Prélat, « Je n’ai rien à cacher, mais il semble clair que ce type de logiciel est dangereux pour nos libertés, pour notre démocratie ». Mais poursuit Le Monde, ""en tant que président de la Conférence des évêques du Togo, il a eu à orchestrer des dialogues et des tractations délicates entre l’opposition et ce pouvoir que les religieux critiquent régulièrement pour ses dérives autoritaires. « Il est de notre devoir de dire publiquement des vérités qui dérangent », insiste l’évêque de Kpalimé"" avant de s’interroger, ""cette liberté de parole lui a-t-elle valu d’être ciblé par le logiciel Pegasus, qui permet notamment, dans sa version basique, de géolocaliser la victime, lire ses messages et ses courriels, voire activer le micro et la caméra de son smartphone ?"".

Réagissant à une telle information, le père Pierre Chanel Affognon, lui même engagé dans la lutte pour la démocratie dans ce pays d’Afrique de l’Ouest dirigé par la famille Gnassingbé depuis 1967, avec le mouvement citoyen Forces vives Espérance pour le Togo, juge que « cette violation claire des libertés des citoyens est très grave ».

On attend de voir quelle sera la réaction du pouvoir de Lomé à cette révélation de nos confrères de Le Monde et The Guardian.

T228

N.B : Photo Carenews