Infos Togo Elevage / Pour un accès aux médicaments vétérinaires de qualité

Des acteurs des pays francophones d’Afrique s’attablent à Lomé

Publié le mercredi 9 octobre 2019, par Gabinho

Etudier la possibilité d’élaborer des normes ou des directives concernant les vaccins autogènes et d’autres solutions de remplacement aux antimicrobiens, notamment des orientations sur la qualité, la sécurité et l’efficacité, comme outils pour réduire le recours aux antimicrobiens, tel est l’objectif d’un séminaire régional des points focaux nationaux de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) pour les produits vétérinaires (6ème cycle) ouvert à Lomé ce mercredi.

Tout est parti d’un constat selon lequel, l’élevage, constitue une activité socio-économique importante dans nos pays, mais force est de constater que cette activité économique fait face à des contraintes d’ordre sanitaire. Aussi, que l’utilisation du médicament vétérinaire reste une préoccupation permanente des services vétérinaires.

C’est donc pour apporter des solutions ou approches à ces préoccupations précitées que les acteurs du secteur ont pensé avoir un cadre réglementaire et accordé une attention particulière à la législation applicable en matière d’autorisations, de production, d’importation, d’étiquetage, d’ordonnances, de vente et d’utilisation de médicaments vétérinaires, afin de prévenir la vente ou l’usage incontrôlés d’agents antimicrobiens, ainsi que la vente de médicaments vétérinaires contrefaits ou de mauvaise qualité.

C’est une initiative saluée par le gouvernement, par le biais du Directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique, Konlani Dindiogue, qui, ouvrant les travaux au nom de son supérieur, a indiqué que « le Togo à l’instar des autres pays membres salue fortement l’initiative de l’OIE pour les différentes formations en faveur des délégués et des points focaux ; ce qui permet à nos pays respectifs de disposer de compétences requises en vue d’assurer la bonne gouvernance de nos services vétérinaires ». Il a dès lors renouvelé ses « sincères remerciements à la FAO, l’UEMOA, à l’OMS, qui ne ménagent aucun effort pour soutenir nos pays en développement afin que les épizooties qui font payer de lourds tributs à nos cheptels soient boostés hors ».

Au travers de ce séminaire, qui devra durer trois jours, les participants venus des pays francophones Afrique vont plancher sur les questions relatives à la qualité du médicament vétérinaire, à la résistance antimicrobienne et l’utilisation prudente des antimicrobiens, à la pharmacovigilance, et seront outillés afin de pouvoir relever les nombreux enjeux et défis que représente le médicament vétérinaire dans nos différents pays.

T228