Afrique INVITATION D’OBASANJO A LA JEUNESSE AFRICAINE

« Délogez l’ancienne génération »

Publié le vendredi 14 août 2020, par Gabinho

La jeunesse africaine est susceptible de contribuer à l’émergence du continent africain à condition que l’on mette à sa disposition des opportunités et des moyens pour qu’elle exprime ses talents. Ainsi La jeunesse africaine doit simplement déloger l’ancienne génération des postes de direction selon l’ancien président du Nigéria.
Obasanjo a fait cette déclaration mercredi en prononçant un discours liminaire lors d’une session interactive organisée virtuellement pour marquer la Journée internationale de la jeunesse de 2020.

L’ancien dirigeant a exhorté les jeunes à participer activement aux activités des partis politiques pour leur reprendre la structure.

Le programme était organisé par le Centre de développement des jeunes, une branche de la bibliothèque présidentielle Olusegun Obasanjo à Oke-Mosan, Abeokuta, Nigeria.

Les participants venaient du Nigeria, du Mali, des États-Unis, du Ghana, du Kenya et d’Afrique du Sud.

Il estime qu’à moins que les personnes âgées ne soient forcées de quitter la scène politique, elles continueront d’occuper les postes de direction au détriment des jeunes. « À moins que vous n’excluiez ceux qui sont en fonction et ceux qui veulent le rester à perpétuité, certains après l’âge de 80 ans, à moins que vous ne les expulsiez, ils ne voudront pas être démis. » a confié Obasanjo.

Il propose aux autorités de souscrire à la constitution de partis politiques en faveur des jeunes et plaide à une action positive en faveur des jeunes.

« Par exemple, si vous dites, dans la constitution d’un parti politique, pas moins de 50% de ceux qui occupent un poste exécutif au sein du parti auront moins de 40 ans. Vous pouvez même aller plus loin et dire que les personnes qui seront mises en candidature, au moins 50% d’entre elles auront moins de 40 ans. C’est une action positive. C’est une discrimination positive en faveur des jeunes », a-t-il suggéré.
Rappelons qu’en septembre 2017, Obasanjo a été la première grande personnalité du Continent à se prononcer directement sur la crise qui minait à l’époque le Togo. Simplement, tout en appelant à la démission du Président Faure Gnassingbé, il a soutenu que le Togo doit avoir une nouvelle constitution avec une limitation claire du nombre de mandat à exercer.
Yvette S. /T228