Infos Togo Protection sociale dans le contexte de la COVID-19 au Togo / Sécurité et santé au travail

Délégués du personnel et syndicaux des entreprises minières outillés pour mieux faire face à cette situation de crise sanitaire mondiale

Publié le lundi 25 mai 2020, par Gabinho

Comment renforcer les capacités des délégués du personnel et délégués syndicaux sur la connaissance de la Covid-19 et sa façon de se propager ? Comment rappeler et expliquer les mesures prises par le gouvernement pour se protéger ? Comment amener les délégués du personnel et délégués syndicaux à s’approprier les recommandations de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) sur la sécurité et santé au travail face à la pandémie de la Covid-19 et sensibiliser leurs pairs afin de mieux se protéger et contribuer à endiguer la propagation du virus ? Comment sensibiliser les délégués du personnel et délégués syndicaux sur les précautions et points de contrôle dans les entreprises et sensibilisent leurs pairs ? Et enfin, comment amener ces délégués du personnel et délégués syndicaux à s’approprier les nouvelles formes d’organisation du travail face à la pandémie pour éviter les chômages techniques et les licenciements collectifs à grandes échelles ? Ce sont là autant d’interrogations qui ont amené les responsables de SADD (Solidarité Action pour le Développement Durable), dans le déploiement de son agenda dans la dynamique des actions de protection sociale des travailleurs dans le contexte de la Covid-19 au Togo, a organisé les 23 et 24 Mai dernier, une journée de renforcement de capacité de capacités des délégués du personnel et délégués syndicaux des entreprises minières ciblées au Togo, Wacem, Scan Togo, Fortia et DCT (Diamond Cement Togo).

Organisée autour du thème principal, « Renforcement de capacités des délégués du personnel et délégués syndicaux des entreprises minières sur la sécurité et santé au travail dans le contexte de la Covid-19 », ces deux jours d’activité ont été une occasion pour le médecin du travail, Dr Dadjo, de développer avec les participants aux travaux qui ont eu lieu à l’hôtel la Tolérance de Tabligbo, des sous-thèmes portant sur « Les textes en matière de SST et les textes de l’OIT en matière de lutte contre le coronavirus  », « Le risque biologique et particulièrement sur le risque de la covid-19 : Définition, facteurs de risque, prévention, EPI (gestion, acquisition et port des EPI)  », « La gestion des déchets biologiques », l’ « Intervention de l’équipe face au risque biologique : protection, précaution et point de contrôle » et enfin, « Assouplir le management en entreprise : réorganisation du travail, réflexion sur une autre forme de travail, conciliation vie de famille et vie professionnelle, etc ».

Des explications du premier responsable de SADD, Yves Dossou, cette journée, organisée avec le soutien de WSM (We Social Movements) et la DGD (Direction Générale au Développement), n’est qu’une manière pour eux de contribuer en ce temps de COVID-19 de à « améliorer et renforcer les mesures de sécurité et santé dans les unités de production des entreprises des mines », mais aussi, « limiter la propagation de la pandémie de la Covid-19 à travers une action énergique et concertée dans les entreprises minières ciblées ».

Pour information, cette journée n’est pas la première action de SADD en ce temps de Covid-19 au Togo. Des ateliers, des rencontres avec la presse pour attirer l’attention sur le mal, des dons en matériels de protection et autres, et un rapport sur l’observation des mesures barrières sont entre autres actes déjà posés pour venir en aide dans un premier temps aux travailleurs mais aussi de l’Etat dans dynamique de la solidarité nationale souhaitée. Aussi, est-elle en adéquation avec l’OIT qui, ayant constaté que le monde du travail est également durement impacté par cette crise sanitaire de Covid-19, dans son dernier rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) publié le 7 avril 2020, indiquait que « 81% de la population active mondiale est actuellement affectée par la fermeture totale ou partielle des lieux de travail due à la pandémie de la Covid-19 » et vu la gravité de la situation pour les acteurs du monde du travail, particulièrement dans les pays en développement comme le Togo, en appelle par le biais du Directeur Général du BIT (Bureau international du Travail), à « agir vite, ensemble et avec détermination », afin de prendre « des bonnes mesures d’urgence qui peuvent faire la différence entre survie et effondrement ». Entre autres recommandations de l’OIT, on en retient celles « sur la sécurité de l’emploi afin de permettre aux acteurs de l’entreprise de mettre en place, les mesures adéquates pour répondre aux problématiques liées à : la réorganisation des activités (restructuration, chômage technique...), l’aménagement des modalités et du temps de travail (télétravail, travail à temps partiel, rotation des équipes, travail de nuit, réduction des horaires), aux questions de sécurité et santé au travail (respect des mesures barrières, protection des travailleurs vulnérables, des salariés exposés à des risques particuliers...), la mise en œuvre des droits et obligations légales, réglementaires, conventionnelles et contractuelles réciproques des acteurs des relations professionnelles dans cette période particulière ».
T228