Infos Togo Manifestations non autorisées de la Coalition des 14

De la force brute contre la mise en demeure dans les rues de Lomé et de Kpalimé

Publié le mercredi 11 avril 2018, par

Les rues de Lomé et de plusieurs villes du Togo ont été le théâtre de dispersion systématique de groupes de manifestants qui répondaient à l’appel à manifester de la Coalition des 14, pour une marche dite de mise en demeure au régime de Faure Gnassingbé.

A Bè Kpota, Sancta Maria, Agoè, Djidjolé tout comme à Adidogomé à Lomé, tôt le matin, avant même que de petits groupes de manifestants ne se mobilisent, des forces de l’ordre et de sécurité (police et gendarmerie) assistées par des militaires ont été deployées sur les lieux précités et à des carrefours stratégiques. Conséquence d’un tel déploiement, toute tentative des manifestants est dispersée et reprimée

""Les soldats ne donnent aucune chance à ceux qui se regroupent ds tt Lomé. Je suis à Bè Kpota. La situation est grave ici. Il y a des bastonnades des gaz et des courses poursuites jusque dans le cimetière de la localité"", tel est le témoignage fait à notre rédaction par le confrère correspondant de Radio Avulété, Anani FIFA. Et toujours d’après cette source qui confirmait au passage qu’ "" jeune serait retrouvé avec un bras cassé suite à la barbarie militaire"", au niveau de Sancta Maria, un des lieux de rassemblement retenu par les organisateurs, ""les militaires n’autorisent aucun rassemblement. Ils sont surchauffés"". C’est donc dans ce contexte tendu que les leaders de la Coalition arriveront sur les lieux. Mais, ""le convoi de la coalition a été gazé à Sancta Maria"" et ""un journaliste du quotidien Liberté a été atteint par le jet de gaz"". Il est relevé pris dans cette répression à coups de gaz lacrymogènes, la voiture de la Coordinatrice de la C14, Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson a vu son rétroviseur être cassé. Ils ont dû finalement se replier pour rejoindre plus tard le lieu de rassemblement de Djidjolé, avec certainement les mêmes fortunes de dispersion.

Selon certaines informations, malgré une matinée difficile avec des arrestations, les manifestants au niveau de Kpalimé ont eu plus de chance, puisque finalement les forces de l’ordre et de sécurité à court de gaz lacrymogènes auraient dû vider les lieux pour laisser la marche s’ébranler. Une banderole avec des manifestants tout autour et faisant le tour de la toile atteste de la tenue de la marche au niveau de Tchamba.

La Coalition a promis faire le point en soirée.
T228