Infos Togo Plan de riposte agricole Covid-19 / Campagne agricole 2020-2021

De l’engrais et des promesses d’un accompagnement pour assurer la sécurité alimentaire aux producteurs togolais

Publié le jeudi 18 juin 2020, par Gabinho

En collaboration avec le secteur privé, le gouvernement togolais a déployé 100.000 tonnes d’engrais vivriers pour le compte de la campagne agricole 2020-2021. Ceci s’insère dans le plan de riposte contre la pandémie du COVID-19.

Au lieu de 40.000 tonnes d’engrais comme les années passées, le gouvernement togolais a déployé un peu plus du double. En mettant à la disposition des agriculteurs cette quantité d’engrais vivriers, le gouvernement veut combler le vide dû au manque d’importation de certains produits alimentaires en cette période de pandémie tout en assurant la sécurité alimentaire aux populations ainsi que des revenus améliorés aux producteurs.

La disponibilité de ces intrants agricoles en nombre suffisant permet de satisfaire les besoins des acteurs agricoles.

Pour vérifier la disponibilité et la mise en place effective des intrants agricoles réceptionnés dans les différentes localités du Togo, le ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique, Koutéra Bataka était en visite ce vendredi 05 juin 2020 à Atakpamé, Gapé centre et à Gléï ; Une occasion pour lui de veiller au bon fonctionnement de la campagne agricole et la mise en œuvre efficace du plan de riposte contre le COVID-19.

« Nous avons rassuré les producteurs sur toutes les dispositions qui sont prises par le gouvernement sur le leadership du chef de l’état pour les accompagner durant cette campagne afin d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Togo », a avancé le ministre.

Outre ces engrais vivriers, on note la présence d’autres intrants comme les tracteurs, les semences améliorées,… qui sont autant déployés sur toute l’étendue du territoire national en vue d’une réussite pour cette campagne.

Par ailleurs, l’exécutif a lancé une invitation à l’endroit de tous les acteurs au renforcement des mécanismes de gestion de la transhumance, au respect des techniques agricoles, à la solidarité, à la culture de la paix, à redoubler de vigilance et surtout à continuer le respect des mesures barrières pour un meilleur résultat en rendement.

Yvette S.