Infos Togo Fête de l’indépendance sur fond de manifestation de rue de l’opposition

Dans la crainte de nouvelles violences gratuites, le MJCO appelle à sauver l’héritage des pères Fondateurs

Publié le mercredi 25 avril 2018, par

Alors que depuis quelques jours, les Togolais sont plongés dans la fièvre de la célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance du Togo, dont l’apothéose sera le 27 Avril prochain avec un défilé civil et militaire et des réjouissances populaires ici et là, selon le programme officiel du gouvernement, le MJCO (Mouvement Jeunesse Consciente de l’Opposition) n’a visiblement pas le coeur net vu que de son côté l’opposition togolaise regroupée au sein de la Coalition des 14 partis de l’opposition, a opté pour des manifestations de rue à compter de ce 25 Avril 2018.

L’inquiétude de ce mouvement dirigé par Victoire Ametsyo réside surtout dans le fait que ces manifestations des 25, 26 et 28 Avril 2018 ""si elles ne sont pas interdites, les ministères en charge de l’Administration Territoriale et de la Sécurité ont proposé de nouveaux itinéraires qui sont rejetés par la Coalition des 14 partis qui maintient ses itinéraires initiaux. Ce qui veut dire de nouvelles violences gratuites en perspectiives avec leurs conséquences"".

Face à une telle situation conflictuelle jusque dans la semaine de la célébration de l’accession du Togo à la souveraineté nationale et internationale, le MJCO dont le cheval de bataille est la non violence, la préservation de la paix et surtout le militantisme éclairé, ne s’est pas privé hier en conférence de presse d’élever la voix. ""Oh ! Dieu, qu’avons-nous fait pour pour mériter ce sort ?"", s’interroge M. Ametsyo et ses collègues qui relèvent que, ""sous d’autres cieux, la Fête nationale est célébrée dans une union sacrée avec un programme unique"" alors que ""chez nous, c’est le contraire"". Donnant les exemples du Ghana, du Burkina Faso ou encore du Bénin,le MJCO appelle les différentes parties antagonsites (pouvoir et opposition) à se ressaisir ""pour sauver notre héritage que nous ont laissé les Pères Fondateurs"". Et à la jeunesse consciente, le mouvement qui tient depuis presque deux mois des rencontres citoyennes à travers le pays, leur réitère une nouvelle fois sa thérapie de ""prise de conscience pour dire non à la politique du suivisme et la violence sur toutes ses formes"".

Enfin, dépassant la déclaration du président du PNP, Tikpi Atchadam sur l’impasse dialogue inter togolais, et d’après qui, ""l’histoire retiendra qu’il y a deux parties avec deux positions. Chaque partie estime que la position qui est la sienne et qu’elle défend est de nature à garantir le bonheur du peuple togolais. Chaque partie campe sur sa position, les positions sont trop tranchées, personne ne veut faire des concessions, personne ne veut mettre de l’eau dans son vin"", ce mouvement de jeunes marque toujours son adhésion pour ces discussions entre acteurs politiques togolais afin de trouver une solution à la crise politique qui perdure dans le pays. En tout cas, dit-il adhérer ""pleinement aux recommandations"" du dernier Sommet de la CEDEAO, tenu le 14 Avril 2018 à Lomé et qui confirmait les présidents ghanéen Dankwa Nana Akufo-Addo et guinéen, Alpha Condé, dans leur rôle de facilitateurs.

Le MJCO a aussi regretté les manifestations des 11, 12.et 14 Avril derniers qui ont causé des dégâts matériels , des blessés et des arrestations, alors même que se tenait à Lomé le Sommet extraordinaire de la CEDEAO.

T228