Infos Togo Médias

Convention collective : Arimiyao TCHAGNAO attend une seule chose des employés

Publié le lundi 29 juin 2020, par Gabinho

La convention collective au sein de la presse entre les patrons et les employés doit être concrétisée dans les très prochains jours ou mois. En tout cas, pour ce qui est du conseil national des patrons de presse (CONAPP), on se dit être prêt en accusant les employés d’être plutôt désorganisés sur le sujet .

Pour Arimiyao TCHAGNAO, président sortant réélu du CONAPP ce samedi, la question fait bien partie de ses défis pour ce second mandat. Elle se place précisément au point 4 de son programme soumis à ses pairs.

Nous en tant que patronat, cette convention nous tient à cœur et nous avons toujours oeuvré à faire en sorte qu’elle soit signée au point ou ça devient de la fiction car nous en parlons tous les jours, mais rien de concret. Nous, nous oulons aller à la signature définitive ou réelle de cette convention collective”, souligne-t-il pour dégager la responsabilité des patrons de presse.

Ce qui bloque les choses est selon lui, les employés eux-mêmes qui évoluent dans la confusion faute d’organisation en interne.

Depuis, il y a eu des difficultés au niveau des employés eux-mêmes. Aujourd’hui, il y a un travail d’organisation que les employés doivent afin de se regrouper dans en syndicat et définir quelque chose de concret sur avec laquelle ils doivent venir vers nous. Sinon pour le moment, les organisations se font de la confusion”, tacle le patron des patrons de presse.
C’est à l’unanimité que Arimiyao TCHAGNAO a été réélu pour les deux prochaines années après deux ans déjà passés à la tête du CONAPP.

Il s’est fixé une dizaine d’objectifs dont la hausse de l’aide de l’État à la presse qui est de 150 millions de francs CFA cette année. Pour M. TCHAGNAO, “ce n’est pas ce que les journalistes privés togolais attendent”.

D’autres sont la mise en place d’une imprimerie Conapp, le positionnement à l’international, la poursuite de la professionnalisation, la protection sociale etc.