Infos Togo Rencontre Gouvernement-Patronat-Partenaires sociaux

Contre le Covid-19, un seul et même leitmotiv, la Solidarité !

Publié le lundi 30 mars 2020, par Gabinho

Ensemble pour la même cause, le gouvernement togolais, le patronat et les partenaires sociaux (centrales syndicales et associations professionnelles) ont fait le point de la situation de la pandémie du Coronavirus qui n’épargne aucun pays au monde y compris le Togo, et ont ébauché des solutions pour contenir le mal qui sévit déjà au Togo, où à ce jour, on compte 34 cas confirmés de contamination, un mort, 23 cas actifs et 10 personnes guéries. Au-delà du point qui a été fait des dispositions prises par le gouvernement et celles qui pourront être prises dans un futur proche, il a été question pour le porte-parole du gouvernement et ministre de la Fonction publique, Gilbert Bawara tout en conviant à un respect sans faille des mesures de précaution prises par l’exécutif, de s’assurer d’une évidence, « naturellement, la priorité absolue, l’élément déterminant de tout ce qui est pris comme mesure, des actions et des actions et des initiatives qui continueront par être prises aussi bien par le gouvernement que par les partenaires sociaux, c’est la protection et la sécurité sanitaire de la population togolaise. Cela ne doit pas nous empêcher de penser et d’estimer que la continuité de l’économie du pays est également nécessaire. Nous devons continuer à nous assurer que les services, les biens, les produits essentiels et indispensables sont disponibles ». Occasion aussi pour lui d’inviter « à éviter les fausses informations, et leur diffusion, pour ne pas désorienter et semer la confusion dans l’esprit des Togolais… ». Voici le point qu’il a fait au terme de la rencontre…

Gilbert Bawara : « Que le bon sens prévale »
« Il a été question pour nous de nous, gouvernement, le patronat, les organisations syndicales, chacun a pris des dispositions à son niveau, nous avons jugé utile de nous retrouver, de faire un point de la situation, de nous concerter, de voir comment au-delà des initiatives et des actions individuelles, nous pouvons davantage coordonner, créer davantage de synergie, mettre nos efforts en commun, en vue d’une part, de renforcer la sensibilisation, l’éducation civique et citoyenne, la pédagogie, l’information en direction de la population togolaise en générale, mais surtout en direction des travailleurs et des salariés du secteur public, privé, parapublic, sur tous les lieux de travail dans les milieux professionnels, faire en sorte que nous puissions voir à l’avenir comment nous allons continuer à nous concerter, à assurer un suivi coordonner de la lutte implacable qui doit être menée face à la pandémie du Coronavirus.
Le gouvernement est satisfait du niveau de solidarité, du niveau de soutien et d’engagement qui ont été constatés au niveau des partenaires sociaux, au niveau des opérateurs économiques, au niveau des entreprises, au niveau des organisations syndicales avec des initiatives, des actions tendant à sensibiliser les entreprises, les travailleurs.
Dans la situation de crise sanitaire sans précédent, inédite et exceptionnelle, à laquelle l’humanité est confrontée, et malheureusement qui n’épargne pas notre pays, la ligne de conduite de toutes les acteurs qui se sont retrouvés ici, c’est la protection et la sécurité sanitaire de la population togolaise et de tous ceux qui résident sur le territoire togolais. Il est important que toutes les mesures qui ont été adoptées par le gouvernement, ou qui sont envisagées et qui seraient annoncées puissent être relayées auprès de tous les acteurs de toutes les composantes de la société togolaise. Bien entendu, ces mesures ne sont pas limitatives. Il faut que chacun fasse preuve davantage de bon sens. Le bon sens doit conduire à ce que, même si certaines mesures n’ont pas été adoptées formellement, il faut s’interroger sur les attitudes, les comportements, qui doivent permettre de préserver, de protéger chacun de nous mais également de protéger nos entourages, de protéger la collectivité nationale.
Nous avons voulu lancer un appel collectivement à la population togolaise, aux opérateurs économiques, aux salariés, aux travailleurs, pour que le bon sens prévale. Dans tous les lieux de travail, il doit être possible à travers la concertation, la discussion de voir comment réorganiser et aménager le travail. S’il s’avère nécessaire de procéder à une réduction d’activités, pour les besoins de protection et de santé des travailleurs, cela doit pouvoir l’être ; s’il s’avère nécessaire de réduire le temps de travail, il faut qu’à travers la concertation et les discussions, cela soit également effectuée. Ce n’est parce que le gouvernement n’a pas pris une mesure contraignante limitant les entreprises où on peut travailler ou ne pas travailler que le bon sens ne peut pas prévaloir. Nous avons également évoqué le cas du transport en commun. Le gouvernement continue à réfléchir mais le bon sens peut conduire les conducteurs des taxis moto, les conducteurs de taxis, les conducteurs de transport en commun à éviter les surcharges et même à alléger. Quand on continue par voir des Zémidjans qui transportent trois personnes, ces Zémidjans s’exposent et exposent les personnes qui sont transportées. Quand un taxi ou un transport en commun ne prend pas de minimum de précaution, éventuellement pour encourager les passagers à porter des masques de protection (cache-nez, ndlr), ce chauffeur ou ce transporteur s’expose et exposer également ses passagers. Nous avons voulu lancer un appel, à ce que en plus et au-delà des mesures déjà éditées et adoptées par le gouvernement, le bon sens prévale et que partout où des mesures supplémentaires, des attitudes, des comportements de nature à renforcer la lutte contre le risque de propagation et de contamination, il faut que nous adoptions ces agissements, ces attitudes et ces comportements. Naturellement, la priorité absolue, l’élément déterminant de tout ce qui est pris comme mesure, des actions et des actions et des initiatives qui continueront par être prises aussi bien par le gouvernement que par les partenaires sociaux, c’est la protection et la sécurité sanitaire de la population togolaise. Cela ne doit pas nous empêcher de penser et d’estimer que la continuité de l’économie du pays est également nécessaire. Nous devons continuer à nous assurer que les services, les biens, les produits essentiels et indispensables sont disponibles. Nous devons nous assurer que là où c’est important les uns et les autres puissent continuer à vaquer à leurs occupations mais en redoublant de vigilance, en redoublant de précaution, en faisant en sorte que la continuité de l’économie du pays ne se fasse pas au détriment de la protection et de la sécurité sanitaire.

Nous allons nous retrouver à intervalle régulière ».

T228