Infos Togo Date ‘indicative’ de la Cedeao pour les élections législatives

Christian TRIMUA raconte ce qu’Alpha CONDE a dit à Jean-Pierre FABRE

Publié le samedi 30 juin 2018, par


Pourquoi les facilitateurs de la CEDEAO ont donné une date pour les élections législatives alors qu’au même moment ils demandent la suspension de préparation des élections ? Ce point précis du crée depuis mercredi la confusion dans les esprits de bon nombre de Togolais. L’opposition estime que c’est une date indicative et bien le gouvernement aussi le confirme pour une première fois. Mais, les facilitateurs ont donné deux conséquences que sous-tend cette date indicative donnée.

‘Les facilitateurs ont dit qu’il serait irresponsable de leur part de quitter le Togo sans donner une indication de date. On ne va pas faire comme la RDC où on a suspendu les institutions sans savoir quand on va les renouveler ; donc il faut donner une indication. Et ils ont proposé cette période et non date, en attendant de faire le compte-rendu à leurs paires le mois de novembre’.

Ces propos sont de Christian TRIMUA hier vendredi dans l’émission Club de la Presse sur radio Kanal Fm. L’invité du confrère Fousséni SAIBOU a pris tout son temps pour expliquer les différents points contenus dans la recommandation ayant sanctionné la rencontre de mercredi 27 juin entre les facilitateurs et les protagonistes de la crise, le gouvernement étant observateur.

Selon Christian TRIMUA, le ministre Gilbert BAWARA n’en est pour rien quand il a déclaré que le gouvernement va œuvrer pour que d’ici à fin novembre l’on puisse permettre aux Togolais de s’exprimer dans les urnes. Il a pourtant mis l’accent sur le mot ‘œuvrer’ tel que voulu par les facilitateurs. Mais, les détracteurs lui font dire autre chose.

« Il faut que les gens arrêtent de faire dire aux gens ce qu’ils ont dans leurs tètes que c’est ce que nous allons faire nous. Ce que nous allons faire, nous sommes capables de le dire, ce n’est pas à eux de nous interpréter », a-t-il déclaré dans l’émission.

Après avoir fait ces deux mises au point, il a raconté ce qu’Alpha CONDE les facilitateurs ont expliqué à travers cette date indicative ou période indicative donnée.

« Jean-Pierre FABRE a demandé comment cela va se faire

Le président alpha condé a dit que si dès demain vous vous entendez sur un calendrier, qu’il dépasse le mois d’aout ou pas, une fois que c’est par consensus, vous avancez. Mais lorsque le dialogue sera dans une impasse au cas où on ne s’entendra pas, on ne peut pas non plus laisser les institutions indéfiniment sans renouvèlement démocratique.

Jean-Pierre FABRE a posé la question de savoir qui va constater l’impasse.

Et à Alpha Condé de lui répondre que le gouvernement peut saisir la Cedeao de l’impasse qu’il constate dans le dialogue. La Cedeao va en prendre acte et donner feu vert au gouvernement à reprendre l’organisation des élections ».

Bref, selon Christian TRIMUA, les deux facilitateurs, Nana AKUFO ADDO et Alpha CONDE se sont dits convaincus que les acteurs politiques sont capables de s’entendre pour aller vers l’essentiel. Mais il faudra les amener à se faire pression.

Le ministre Christian TRIMUA a conclu son intervention en ces termes : « si eux qui sont à l’étranger, après nous avoir entendu, sont convaincus que nous pouvons nous entendre alors nous devons nous entendre. Dépassons les étapes d’interprétations et allons vers des propositions constructives ».

T228