Infos Togo Révision de la Loi Bodjona sur les manifestations publiques

Ce qu’en pense Kpérkouma Wala de ADDI

Publié le vendredi 9 août 2019, par Gabinho

Il est membre du parti politique ADDI, parti membre de la Coalition C14 qui a fait trembler la rue de Août 2017 à Décembre 2018. Wala Kpérkouma c’est son nom. Il a jugé utile de donner son avis par rapport à la révision mercredi dernier de la loi Bodjona portant sur les libertés de manifestations publiques au Togo. Voici ce qu’il pense du chef d’oeuvre de Payadowa Boukpessi et de ses pairs, Yark Damehame et Christian Trimua avec l’appui des députés présents à la session...
Lecture !

""Mes chers compatriotes,

Les modifications apportées à la "loi Bodjona" par l’assemblée nationale illustrent davantage le caractère liberticide du régime UNIR. On ne peut comprendre que, pendant que le peuple togolais aspire à plus de démocratie, les lois soient faites pour restreindre le champs des libertés citoyennes.

Un regard rétrospectif met en évidence le rejet de la démocratie par le régime qui régente notre pays, car toutes les modifications apportées à nos lois ne visent pas à asseoir ou faire évoluer la démocratie et la culture politique, mais plutôt à les dépouiller de tout ce qui peut permettre l’expression des libertés citoyennes, l’alternance politique pacifique, la bonne gouvernance et le développement durable de notre pays. On s’enferme dans un éternel recommencement tout en semblant ignorer que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Si les togolais ont bradé la dictature de feu Gnassingbé Eyadema pour arracher la conférence nationale souveraine et la constitution de 1992, je suis encore plus persuadé que ce ne sont les velléités de restriction des libertés citoyennes par une assemblée quasi-monocolore que l’en dissuaderont.

Les forces politiques opposées à la gouvernance actuelle de notre se mobilisent et finiront tôt ou tard à mieux organiser le peuple pour arracher les libertés démocratiques dans une démarche patriotique et républicaine. Les échecs sont de bons enseignants et aujourd’hui plus que jamais nous devons tirer leçon des trente ans de lutte.

Dieu et nos aïeux bénissent le Togo""