Infos Togo Violences du match Gbikinti-AS Togo Port

Boundjou condamne la barbarie de Bassar

Publié le vendredi 6 avril 2018, par

""Le Bureau Exécutif de GBIKINTI FC exprime sa profonde indignation devant des actes d’une telle gravité, que rien ne laissait présager et qu’aucun motif ne peut justifier. Il exprime son étonnement et sa surprise lorsqu’on sait qu’après vingt-et-une journées de championnat de la saison en cours, aucun match de GBIKINTI FC, joué à domicile ou à l’extérieur, n’avait été le théâtre de violence. Le Bureau Exécutif de GBIKINTI FC, tout en condamnant fermement ces actes qui ternissent l’image de notre football, présente toutes ses excuses à la Fédération Togolaise de Football et aux officiels victimes à qui il souhaite un prompt rétablissement. Le Bureau Exécutif de GBIKINTI FC s’engage à tout mettre en œuvre avec l’appui des forces de sécurité pour retrouver les auteurs de ces troubles afin de les traduire en justice pour répondre de leurs actes"", ce sont là des termes clairs et sincères utilisés par le président de Gbikinti de Bassar pour condamner les actes de barbarie commis le mercredi 4 Avril dernier par les supporters de son club sur leurs adversaires et les arbitres du match en retard de la 20ème journée du championnat national de football de D1 qui les opposait à l’AS Togo Port de Lomé.

Dans la suite du communiqué par lequel le club exprimait sa désapprobation de ces évènements antisportifs, le BE de ce club, pour fixer l’opinion sportive sur les faits de ce mercredi noir à Bassar, et en attendant quelque décision des commissions spécialisées de la FTF, s’est fait le devoir de conter les faits tels qu’ils se sont produits, en tout cas selon son rétroviseur.

""Le Mercredi, 04 avril 2018 s’est joué sur le stade municipal de Bassar le match en retard comptant pour la vingt-unième journée du championnat national de football de 1ère division de la saison 2017-2018- FTF, entre GBIKINTI FC de la localité et l’AS TOGO-PORT de Lomé. Si la première partie, soldée par un score partiel de un but partout s’est déroulée sans aucun incident, toute la deuxième partie a malheureusement connu des interruptions répétées, dues d’une part à un vent très violant qui soulevait une vague de poussière, mais surtout à des agitations répétées de certains supporters qui contestaient les décisions des arbitres. Les multiples interventions des forces de sécurité et des vigiles pour calmer ces supporters contestataires furent vaines"", indique-t-on dans ce texte qui poursuit ainsi : ""Dès le coup de sifflet final, les arbitres, bien que rapidement encadré par les agents des forces de sécurité et les vigiles, furent envahis sur la pelouse par une foule de jeunes supporters surexcités. Les deux assistants et le quatrième officiel furent molestés à coups de points ; quant à l’arbitre central il fut sauvé de justesse et rapidement conduit dans les vestiaires par un vigile répondant au nom de GNOFAME Daré. Ce dernier fut également molesté à coups de bâtons au point qu’il tomba évanoui. Avec le concours du Préfet de Bassar, du Chef Supérieur (Président d’Honneur de GBIKINTI FC) et du Commandant de la Gendarmerie, les trois officiels ont été conduits au Centre Hospitalier Préfectoral (CHP) de Bassar où des soins médicaux leur furent administrés. Quant au vigile dont l’état est plus grave il est encore sous des soins intensifs"".

A la commission de discipline de la FTF de statuer.
T228