Infos Togo Crise togolaise / Prochaine feuille de route de la CEDEAO

Bawara annonce « un chapitre nouveau » pour le Togo dès le 1er Août prochain

Publié le dimanche 22 juillet 2018, par

« Tous les enseignements ont été tirés de la période tumultueuse que notre pays vient de traverser. Dès le 1er août prochain, le temps des diktats, des postures de blocage et d’une volonté manifeste de statu quo que dénoncent à juste titre certains dirigeants étrangers sera totalement révolu. S’ouvrira alors un chapitre nouveau et chacun comprendra que la sagesse et le sens de responsabilité de la majorité silencieuse et des pouvoirs publics ne sont nullement des signes de faiblesse et de résignation. Les Togolais aspirent à la quiétude et au bien-être et c’est la responsabilité des pouvoirs publics de les leur assurer », ce sont là des mots de Gilbert Bawara qui se confiait à nos confrères de Togobreakingnews, alors que la date du 31 Juillet pour la Feuille de route de la CEDEAO s’approchait à grands pas.

En opposition à la Coalition des 14 qui jeudi dernier lors de la rencontre avec le Commissaire de la CEDEAO , le Général Francis Béhanzin, faisait constater que beaucoup reste encore à faire pour ce qui est des mesures d’apaisement, le ministre de la Fonction publique et cadre du parti au pouvoir UNIR retourne la balle. A son avis, en dépit des efforts et gestes d’ouverture de la par de l’exécutif soutenu par la majorité au pouvoir, la C14 n’a posé « le moindre acte ou signe d’apaisement ».

Il a relevé plutôt auprès de cette opposition togolaise, des actes de défiance, « poursuivant ses manifestations et en bravant les engagements découlant des communiqués du 1er février et du 27 juin 2018, même lorsque les dirigeants de la CEDEAO se trouvaient à Lomé pour débattre de la situation togolaise et d’autres sujets sérieux pour la région ouest-africaine ».

M. Bawara est dès lors au regret de constater que cette Coalition « n’a jamais ni déploré ni regretté les graves incidents, violences et exactions ayant émaillé certaines manifestations et qui se sont soldées par de nombreuses victimes et d’énormes dégâts matériels ». Ajoute-il, qu’« elle a toujours refusé de s’associer à un message commun de compassion et de solidarité envers toutes les victimes des événements qui se sont produits depuis le 19 août 2017, et elle a objecté à toute idée de lancer à nos concitoyens un appel à la non-violence et au rejet de l’extrémisme, de la haine et de l’intolérance ».

« Ces agissements, procédant de la volonté manifeste de nuire à notre économie et à la réputation de notre pays, et de créer un climat de frustration et de révolte au sein des populations, n’ont nullement découragé et émoussé la volonté du chef de l’Etat et du gouvernement dans leurs efforts pour consolider le climat d’apaisement et de décrispation, et pour maintenir l’esprit de dialogue et d’ouverture », tel est le doigt accusateur que Gilbert Bawara pointe en direction de cette opposition qui d’après lui n’a aucun égard pour les victimes des actes de vandalisme et des exactions perpétrés lors des manifestations.
T228