Infos Togo Savanes / Soutien à l’éducation à partir des retombées du Projet Cantonnage de l’ANADEB

Babigou, un exemple qui fera tâche d’huile

Publié le jeudi 8 octobre 2020, par Gabinho

Le village de Babigou, avec les fonds issus du projet Cantonnage, a fait un geste à l’endroit du CEGIL de Babigou afin de contribuer à l’enseignement de qualité des apprenants de cet établissement.

Dans la période du mois d’avril à décembre, 4.895 jeunes dont 1.643 femmes en moyenne répartis dans 242 villages dans la région des Savanes ont bénéficié du projet Cantonnage sur une distance totale de 618 km à raison de 449,5 km de pistes rurales et 168,5 km de routes. Le village de Babigou, l’un des villages de la région a vu bénéficier, le Collège d’enseignement général d’initiative locale (CEGIL), d’un don de matériels didactiques de la part du CVD (Comité villageois de développement) du village.

Le kit est composé de 20 boîtes de craies, un ensemble géométrique pour les enseignants, un drapeau togolais, une calculatrice, 3 cahiers de texte, 14 livres, 12 fascicules, un paquet de papier rame, une agrafeuse et un pot de colle d’une valeur totale de 300.000 F cfa, dans le but de remédier un tant soit peu au problème lié à l’insuffisance du matériel didactique au CEGIL.

« Notre village a gagné le projet cantonnage avec ANADEB. Quand nous faisons l’activité de cantonnage, on verse l’argent sur notre compte et ensemble avec le village, nous avons décidé de ne pas toucher cet argent. C’est comme ça nous avons économisé 300.000 F cfa et on a pu acheter ces matériels didactiques pour aider les enseignants de CEGIL de notre village à bien enseigner nos enfants qui sont la relève de demain. Nous tenons à remercier vivement l’ANADEB pour ses multiples actions pour le développement de nos communautés », a indiqué Sakpani Laré, président de CVD du village de Babigou.

En effet, l’ANADEB (Agence nationale d’appui au développement à la base) et la Direction des travaux publics avec l’appui financier de la SAFER (Société autonome de financement de l’entretien routier) accompagnent les organisations communautaires devant entretenir le réseau routier suivant les principes du Cantonnage. A cet effet, les communautés bénéficiaires sont rémunérées à 10.000 F cfa par km de route et à 7.500 F cfa par km de piste rurale par mois permettant de créer de l’emploi à l’intérieur du pays, faciliter l’accès aux services sociaux de base et freiner l’exode rural en introduisant un pouvoir d’achat supplémentaire généré par la rémunération des communautés.

Rappelons que le projet Cantonnage est la composante de l’entretien routier la mieux adaptée à la maintenance des pistes rurales à faible trafic et à moindre coût tout en permettent d’offrir un transport rural qui réponde à la demande des populations villageoises en matière d’accessibilité et de mobilité.
Yvette S. /T228