Infos Togo SOCIÉTÉ

Autorités, syndicats et communauté, les gens de mer vous attendent

Publié le dimanche 1er novembre 2020, par Gabinho

Autant la survenue de la pandémie au covid19 n’a pas arrêté les calvaires des gens de mer, mais bien au contraire empiré, autant la mobilisation pour la cause de ces derniers ne faiblit pas. Messe et pied marin ont été encore les points phares de la célébration dimanche des gens de mer. Bien entendu, le comité national pour le bien-être des gens de mer (CNBEGMT) a tout fait dans le strict respect des mesures barrières éditées par le gouvernement dans le cadre de la riposte contre la pandémie.

Comme de coutume, c’est la chapelle du Foyer des Marins au Port de Lomé qui à servi de cadre pour la messe de circonstance dirigée par l’aumônier des lieux, le Pasteur Clément Kokou PÉRÉ.

La journée des gens de mer ou le dimanche des gens de mer est célébrée pour rappeler à la communauté le rôle important que jouent les marins ou les gens de mer dans l’économie maritime. C’est des hommes et femmes qui constituent un maillon important dans ce commerce. Grâce à leur sacrifice, les populations arrivent à avoir plus de 90% des produits qu’elles consomment.

À chaque fois les enfants de Dieu tournent vers leur Créateur ou Pére Céleste, ils ont toujours un message de LUI.

"Le message est basé sur les béatitudes que le Seigneur Jésus-Christ nous a conseillées et ces béatitudes constituent un ensemble d’attitudes d’un enfant de Dieu pour pouvoir mériter son Royaume. C’est notamment une vie de justice, de bonté, d’amour et de sacrifice les uns pour les autres. Ce n’est pas à sélectionner une au détriment des autres, c’est tout un ensemble à prendre", a expliqué à la sortie de la messe le Pasteur PÉRÉ.

Et par rapport à la circonstance, les conditions de vie et de travail des gens de mer ont également prises en compte par l’Homme de Dieu dans ses prières et de la communauté ayant assisté à la messe.

"Notre appel à la communauté est de prier davantage en faveur de ces gens de mer et aux autorités d’œuvrer davantage pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail", a-t-il déclaré.

Difficiles conditions de vie et de travail ? Oui, les syndicats le confirment !

"C’est des gens qui ont d’énormes difficultés, d’abord leurs droits ne sont pas respectés, ensuite les contrats avec les responsables des compagnies maritimes sont constamment violés, la sécurité santé n’est pas respectée et pire lorsqu’ils arrivent dans certains ports, on leur refuse l’accès au port. Surtout en ces périodes de covid19, il y a certains dont le contrat tend vers la fin se trouvent une fois de plus bloqués parce que les ports sont fermés. Bref, ils sont davantage frustrés et démoralisés", a décrit Emmanuel Komlan AGBÉNOU, secrétaire général de la fédération des syndicats des travailleurs des transports du Togo (FESYTRAT) et coordonnateur national de l’ITF-Togo, un des responsables du CNBEGMT.

Au nom de la solidarité, une des vertus du syndicalisme, il a réitéré l’APOEL à faire changer les conditions de vie et de travail des gens de mer.

"Nous invitons nos autorités et nos camarades syndicalistes d’un peu partout dans le monde à faire en sorte que les droits de ces personnes soient respectés et spécialement de les rapatrier dans leurs pays respectifs en ces moments où ils sont bloqués", a rappelé M. AGBÉNOU.

D’une manière ou d’une autre, il souligne que des actions syndicales sont menées pour leur venir en aide.

"C’est le sens du plaidoyer que nous ne cessons de mener auprès des autorités pour l’adoption at l’application des textes adéquats. Pour nous, dès que les textes seront appliqués, nous pensons que leurs droits seront respectés. Parfois, au niveau de notre fédération internationale ITF, des responsables sont au niveau des ports et interviennent pour trouver des solutions quand des gens de mer arrivent à être confrontés à un quelconque problème", a expliqué le secrétaire général de la CSTT.